Peut-on se passer de la notion d’identité ? Une réponse à Carlo Ginzburg

« Peut-on se passer de la notion d’identité ? Une réponse à Carlo Ginzburg »

Journée d’études organisée le 24 octobre 2013

9h-17h, MSHA, Salle Jean Borde Esplanade des Antilles, 33600 Pessac

Depuis quelques dizaines d’années, la notion d’identité fait partie de notre quotidien. Dans le débat scientifique elle s’est imposée comme un instrument commode et largement partagé, aux contenus rarement définis. Dans le sens commun, l’identité est porteuse d’une autorité intellectuelle qui justifie son emploi souvent irréfléchi dans le langage courant. Au cœur des dynamiques politiques, communautaires et de genre, ce concept apparemment anodin est pourtant l’élément déclencheur de nouvelles formes d’agrégation et de conflit. Cette journée d’étude se propose de soumettre cette notion et les raisons de son succès relatif à l’épreuve de plusieurs regards disciplinaires : l’identité garde-t-elle encore une valeur scientifique et opératoire pour l’historien, le juriste, le philosophe, le littéraire ? Quelle est la part de la demande sociale et politique multiforme à laquelle sont confrontés les chercheurs ? Quelle est et quelle peut être leur distance à cette catégorie et à ces demandes ? Cette journée se déroule en la présence de Carlo Ginzburg, docteur honoris causa en 2012 de l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3. Historien de la première phase de la modernité, Carlo Ginzburg a consacré une partie de sa recherche à mettre en lumière le caractère extraordinairement complexe, fluide et ineffable des identités individuelles. Sa réflexion épistémologique sur l’ « estrangement » et la défamiliarisation (A distance. Neuf essais sur le point de vue en histoire, Gallimard, 2001) interroge la notion d’identité s’opposant fermement à toute forme de fixité disciplinaire.

Table ronde

9h30 – « L’antagonisme, père des identités »
, Dardo Scavino (Université de Versailles-Saint-Quentin- en-Yvelines)

10h00 – « Le nom de la langue française : identité ou identification ? »
, Hélène Merlin (Université de la Sorbonne Nouvelle- Paris 3)

10h30 – Pause

10h45 – « L’identité dans l’optique de Montaigne. Le cas de Martin Guerre »
, Sylvia Giocanti (Université Toulouse 2, Le Mirail)

11h15 – « Pourquoi parle-t-on aujourd’hui d’identité de l’État »
, Marie-Claire Ponthoreau (Université Montesquieu, Bordeaux 4)

14h00 – « Identités et représentation : quelques questions à l’estrangement dans les discours sur le passé »
, Brice Chamouleau (Université Michel de Montaigne Bordeaux 3 – Casa Velasquez)

14h30 – « Les objets-frontières : une dissolution de l’identité ? »
, Sabine du Crest (Université Michel de Montaigne Bordeaux 3)

 

Discutants : François Godicheau, Guillaume Le Blanc, Fabienne Brugère, Isabelle Poulin, Sandro Landi, Christophe Pébarthe, Jean-Paul Engelibert, Florence Buttay, Eric Marquer, Marion Bourbon, Véronique Beghain…

 

Avec le soutien du Conseil Régional d’Aquitaine

 

Cultures of Things in Early Modern Antwerp (New York, 27-29 March 14)

CFP/Appel à contribution

New York, RSA, March 27 – 29, 2014

Cultures of Things in Early Modern Antwerp: Values, Identities, and Transformations

In the past years there has been a growing interest in the circulation of precious objects in the early modern world. Taking these recent studies on early modern cultures of making, collecting, and representation as its point of departure, this panel focuses on sixteenth- and seventeenth-century Antwerp as the site of a particularly rich and diverse ‘culture of precious things’, including tapestries, gold- and silverware, glass works, jewelry, books, prints, musical and mathematical instruments, and paintings. In the course of the sixteenth century Antwerp developed into an emporium of foreign trade and a center of artists’ knowledge and expertise. With the arrival of new artifacts (both local and foreign) new types of specialty markets (panden) emerged. Collections and images of collections reflected and reinforced an increased preoccupation with the values and identities of various crafts and arts. Papers may focus, among other topics, on the making, collecting, and circulation of precious objects, whether individually or as groups; on strategies of describing and representing Antwerp’s culture of things; on competing and shared interests between different craftsmen and artisans, creators of images and creators of things, or artisans, merchants, and consumers. How did Antwerp’s luxury industries respond to and shape collecting desires, connoisseurship, and taste? How did merchants’ and artists’ abilities to ‘imitate what is foreign’ (Guicciardini) affect notions of ingenuity, innovation, knowledge, and skill?

Please send a brief abstract (maximum 150 words), keywords, and a 300-word CV to Christine Goettler:  christine.goettler(at)ikg.unibe.ch. The submission deadline is 27 May 2013.

L’œuvre d’art entre ambition identitaire et aspiration à l’universel (5 et 6 avril 2013)

Institut Catholique de Paris , 26 rue d’Assas, 75006 Paris. Amphi Paul Ricœur

L’œuvre d’art et le sens qu’on lui donne sont porteurs d’une tension : la création est tout à la fois symbole d’une identité culturelle spécifique et dépositaire d’un message d’ordre universel. Le propos de ce colloque est d’explorer, dans une perspective historique, cette dialectique identité / universalité de l’œuvre d’art.

Intervention de Sabine du Crest sur les objets-frontières le samedi 6 à 14h.