Séminaire Exogenèses du 16 janvier 2014 : « De l’objet exotique à l’espace frontière. Usages des tapis islamiques dans les intérieurs occidentaux (XVe-XXe siècle) »

Par Rémi Labrusse

Séminaire Exogenèses du jeudi 16 janvier 2014. EHESS, salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris.

 E. Duranton, Chez la famille Goupil. Le « Salon oriental » d’Albert Goupil, vers 1884, huile sur toile, 64 x 91 cm, coll. part.

A partir de la fin du XVe siècle, les grandes nations occidentales importent des tapis en provenance de l’Empire ottoman, d’abord, puis de l’Empire safavide. Objets de luxe, ces tapis ne sont généralement pas utilisés au sol. L’adaptabilité sémantique de leurs compositions non narratives permet de se les approprier symboliquement dans de nouveaux contextes religieux ou politiques (ce dont témoignent notamment les représentations picturales du temps). La situation se trouve profondément bouleversée par l’expansionnisme colonial occidental au XIXe siècle, sur un plan aussi bien économique qu’esthétique. Alors que les productions traditionnelles locales s’écroulent sous les coups de la mécanisation et de la concurrence internationale, les amateurs occidentaux confèrent une valeur exotique renforcée à ces objets. Les intérieurs bourgeois (qu’il s’agisse d’ateliers d’artistes orientalistes, de salons de collectionneurs, ou du divan de Sigmund Freud à Vienne) sont subtilement modifiés par ces objets à la fois éclatants et discrets, générateurs de fantasmes. D’où les rêveries littéraires et artistiques qu’ils suscitent, de Henry James à Stéphane Mallarmé, de Henri Regnault à Odilon Redon. Parallèlement, se met en place un véritable paradigme du tapis dans l’esthétique dite d’avant-garde, chez Henri Matisse, Franz Marc, Paul Klee ou Le Corbusier.

Suggestions bibliographiques :

L’Art du tapis dans le monde, intr. Yves Mikaeloff, préf. Daniel Alcouffe, Marthe Bernus-Taylor, Paris, Mengès, 1996.

Le Ciel dans un tapis, dir. Joëlle Lemaistre, Roland Gilles, Paris, Institut du monde arabe, Lisbonne, Fondation Calouste Gulbenkian, Gand, Snoek, 2004.

Werner Brüggemann, Der Orientteppich. Einblicke in Geschichte und Ästhetik, Wiesbaden, Ludwig Reichert Verlag, 2007.

Joseph Masheck, « The Carpet Paradigm : Critical Prolegomena to a Theory of Flatness », Arts Magazin, New York, septembre 1976, n° 51, p. 93-110.

 

Légende image : E. Duranton, Chez la famille Goupil. Le « Salon oriental » d’Albert Goupil, vers 1884, huile sur toile, 64 x 91 cm, coll. part.

Séminaire Exogenèses du 19 décembre 2013 : Les « espaces-frontières »

Par Sabine du Crest

 

La prochaine séance du séminaire lié au Programme  ANR Exogenèses : la production « d’objets-frontières » dans l’art en Europe depuis 1500 aura lieu le jeudi 19 décembre 2013, de 11h à 13h, à l’EHESS (105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 8). Sabine du Crest interviendra sur le thème :

Les « espaces-frontières » : extension du domaine du concept d’objets-frontières

En définissant les « espaces-frontière » comme les lieux dans lesquels sont disposés des objets extra-européens, s’élabore une possible extension du concept « d’objets-frontière » non plus limité à l’objet tri-dimensionnel mais ouvert à tout l’espace environnant. L’extension du domaine de ce concept engage des interrogations du même type que celles produites par les « objets-frontière » à proprement parler, comme celles portant sur  les modalités et les degrés « d’intégration » ainsi que d’autres, notamment, à propos de la prise en compte du spectateur ou récepteur de ces espaces très particuliers qui seront envisagés à partir de quelques cas européens à l’époque moderne.

Séminaire Exogenèses du 5 décembre 2013 : « Objets montés »

Par Sabine du Crest

 

La prise en compte des montures reçues en Europe par les objets extra-européens est déterminante pour la connaissance de leur statut puisque cette forme d’usage est très révélateur de la réception et de la perception de tels objets en Europe. L’analyse en termes d’appropriation ou d’accaparement ou bien d’autonomie ne suffisant pas à expliciter les objets ainsi conçus, on s’interrogera sur ce que la monture fait à l’objet extra-européen et, en contre-partie, sur ce que l’objet extra-européen fait à la monture. Ainsi pourra être apportée, à partir de quelques cas paradigmatiques, une contribution à une définition à la fois plus précise et plus ouverte du concept d’objets-frontières.

 

Suggestions bibliographiques :

D. Lunsingh Scheurleer, Chinesisches und japanisches Porzellan in europäischen Fassungen, Brauschweig, 1980.

A. Lugli, -A. Lugli, Naturalia et mirabilia. Les cabinets de curiosités en Europe, A. Biro, 1998

P. Kjellberg, Objets montés du Moyen-Âge à nos jours, Paris, Éditions de l’Amateur, 2000

Encounters. The meeting of Asia and Europe 1500-1800, Catalogue de l’exposition de Londres, A. Jackson-A. Jaffer, éds., Victoria and Albert Museum, 2004

Cannibalismes disciplinaires. Quand l’histoire de l’art et l’anthropologie se rencontrent, Th. Dufrêne-A. Ch. Taylor éds., Paris, Inha-MQB, 2009.

 

Séminaire Exogenèses du jeudi 5 décembre 2013. EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris (salle 8).

Séminaire Exogenèses du 21 novembre 2013 : « The People of Calicut. Objects, Texts and Images in the Age of Proto-Ethnography »

Par Christian Feest

 

Séminaire Exogenèses du jeudi 21 novembre 2013. EHESS, salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris.

 

Prof. Christian FeestSome early sixteenth-century works by artists from southern Germany (Albrecht Dürer, Hans Burgkmair, Albrecht Altdorfer, Jörg Breu) representing the « people of Calicut » (which was then supposed to be accessible from Europe both in an eastward and westward direction) are explored in terms of their combination of images from South Asia and artifacts from Brazil. This is placed in the context of the methodologies developed during this period for collecting and processing data in the form of texts, images, and collections of material objects, which are considered to have been the antecedents of modern ethnography and anthropology.

Séminaire Exogenèses du 7 novembre 2013 : « Présentation des enjeux du séminaire et de la notion d' »objet-frontière » »

Par Brigitte Derlon et Monique Jeudy-Ballini

Séminaire Exogenèses du jeudi 7 novembre 2013. EHESS, salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris

Fig 141Suggestions bibliographiques :

Appadurai, A. (éd), 1986, The Social Life of Things. Commodities in Cultural Perspective, Londres-New York, Cambridge University Press (Traduction en français de l’introduction par J.-P. Warnier : www.fasopo.org/reasopo/n11/appadurai.pdf).

Gruzinski, Serge, 2012 (1999), La Pensée métisse, Paris, Librairie Arthème Fayard/Pluriel.

Labrusse, Rémi, 2011, Islamophilies. L’Europe moderne et les arts de l’Islam, Paris, Somogy Editions d’art/Lyon, Musée des Beaux-Arts.

Laplantine, François et Alexis Nouss, 1997, Le métissage, Paris, Flammarion (collection Dominos).

Pratt, Marie-Louise, 1991,  « Arts of the Contact Zone », Profession : 33-14, Modern Langage Association http://writing.colostate.edu/files/classes/6500/File_EC147617-ADE5-3D9C-C89FF0384AECA15B.pdf

Said, 2003 (1980), L’orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil.

 Sur l’origine de la notion d’ « objet-frontière », issue de la sociologie des sciences, voir :

Star Susan L. and James R. Griesemer, 1989 « Institutional Ecology. ‘Translations’ and Boundary Objects : Amateurs, Professionnals in Berkeley’s Museum of Vertebrate Zoology », 1907-39 », Social Studies of Sciences Science 19 (3) : 387-420 (http://www.jstor.org/stable/285080).

Star Susan L., 2010-2011, « Ceci n’est pas un objet-frontière ! Réflexions sur l’origine d’un concep », Revue d’anthropologie des connaissances 4 (1) : 18-35 (https://www.cairn.info/revue-anthropologie-des-connaissances-2010-1-page-18.htm).

Trompette Pascale et Dominique Vinck, 2009-2010, « Retour sur la notion d’objet-frontière », Revue d’anthropologie des connaissances 3 (1) : 5-27 (https://www.cairn.info/article.php?ID_REVUE=RAC&ID_NUMPUBLIE=RAC_006&ID_ARTICLE=RAC_006_0005).

 

 

DEMANDEZ LE PROGRAMME !

« Exogenèses. La production d’ « objets-frontières » dans l’art en Europe depuis 1500″

Séminaire de l’équipe Exogenèses

les 1er, 3e et 5e jeudis du mois de 11 h à 13 h, à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales

(salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 7 novembre 2013 au 15 mai 2014

Au cours de son histoire, l’Europe n’a cessé de porter témoignage, à travers son art, de l’attrait exercé sur elle par ce qui vient d’ailleurs. Ce goût s’est certes traduit visuellement par des démarches formelles et des sujets nouveaux. Mais il s’est aussi traduit physiquement, dans la matière même de certains objets qui, produits à partir d’éléments extra-européens, conservent ainsi la trace de leur « exogenèse » : des pièces liturgiques du XVIe siècle en plumasserie amérindienne à certaines œuvres d’art contemporain, en passant par les céramiques chinoises, japonaises, islamiques, remontées à l’âge baroque ou au XIXe siècle, les panneaux de laque extrême-oriental réutilisés en ébénisterie, etc. Ces objets, qui invitent à s’interroger non plus seulement sur la question des influences ou des métissages mais sur la manière dont on fabrique concrètement de l’endogène avec de l’exogène, nous les appelons des « objets-frontières ». A l’intersection d’ensembles culturels distincts, il constituent un espace de significations où cohabitent l’ici et l’ailleurs, où, par le biais de la culture matérielle, s’entrecroisent et se traduisent des univers de sens. Au-delà des objets stricto sensu, relèvent aussi des « objets-frontières », au sens large, les espaces publics ou privés où pièces européennes et extraeuropéennes, subtilement agencées, se côtoient jusqu’à former un tout : des cabinets de curiosités humanistes aux intérieurs mondialisés des collectionneurs actuels en passant par les salons exotiques bourgeois du XIXe siècle.

Au croisement de l’histoire interconnectée, des transferts culturels et de la culture matérielle, le séminaire se propose donc d’associer les approches d’historiens d’art et d’anthropologues pour explorer, à partir de cas concrets, les processus matériels et intellectuels d’appropriation en jeu dans les « objets-frontières ». A travers l’étude des configurations et des usages de tels objets, replacés dans les contextes politiques et culturels de leur époque, il s’agira aussi de mieux comprendre ce que la construction de l’identité européenne doit à l’élaboration, par l’art, d’un rapport aux Autres où coexistent un violent désir de maîtrise et un sentiment de trouble fasciné.

Brigitte Derlon, directrice d’études à l’EHESS

Sabine Du Crest, maîtresse de conférences à l’université Michel de Montaigne (Bordeaux III)

Monique Jeudy-Ballini, directrice de recherches au CNRS

Rémi Labrusse, professeur à l’université Paris-Ouest Nanterre – La Défense (Paris X)

 Année 2013/2014 :

 Jeudi 7 novembre 2013 : « Présentation des enjeux du séminaire et de la nation d' »objet-frontière » », par Brigitte Derlon & Monique Jeudy-Ballini

 Jeudi 21 novembre 2013 : « The People of Calicut. Objects, Texts and Images in the Age of Proto-Ethnography », par Christian Feest

Jeudi 5 décembre 2013 : « Objets montés », par Sabine du Crest

Jeudi 19 décembre 2013 : « Les “espaces-frontières” : extension du domaine du concept d’objets-frontières », par Sabine du Crest

Jeudi 16 janvier 2014 : « De l’objet exotique à l’espace-frontière. Usages des tapis islamiques dans les intérieurs occidentaux », Rémi Labrusse

Jeudi 30 janvier 2014 : « Le tapis persan de William Morris. Textiles islamiques et esthétique Arts & Crafts« , par Rémi Labrusse

Jeudi 6 février 2014 : « Le Vase arabe du roi de Suède, suivi de : Comment le peintre Mariano Fortuny découvrit les vases de l’Alhambra. Migrations et transformations de deux vases nasrides à reflets métalliques à travers l’Europe (XIVe-XIXe siècle) », par Rémi Labrusse

Jeudi 20 février 2014 : « Paradoxes de l’authenticité : peut-on parler d’objets-frontières dans les pratiques artistiques occidentales du XIXe siècle ? », par Rémi Labrusse

Jeudi 6 mars 2014 : « Objets-frontière vs espaces-frontière », par Sabine du Crest

Jeudi 20 mars 2014 : « L’installation comme objet-frontière : 1. Kader Atia (à propos de The Repair from Occident to Extra-Occidental Cultures, 2012) », par Brigitte Derlon & Monique Jeudy-Ballini

Jeudi 3 avril 2014 : « L’installation comme objet-frontière : 2. Willem de Rooij (à propos de Intolerance, 2010) », par Brigitte Derlon & Monique Jeudy-Ballini

Jeudi 15 mai 2014 : « Créations plastiques, néo-privitivisme et objets-frontières d’aujourd’hui », par Brigitte Derlon & Monique Jeudy-Ballini