Atelier 4 : Transferts. Objets d’exportation dans les intérieurs portugais : une exogenèse particulière (Lisbonne)

Lisbonne, du 4 au 6 juin 2014

Programme

 

Retrouvez toutes les vidéos de cet atelier en cliquant ici !

Capture d’écran 2014-05-07 à 14.34.36

Mercredi 4 juin 2014

16h.Visite du Museu de São Roque (réservée aux participants de l’atelier)

18h. Conférence inaugurale (ouverte au public) :
Les laques japonais d’exportation, par Geneviève Lacambre
(Conservateur général honoraire du Patrimoine) à la Galerie Jorge Welsh

Jeudi 5 juin 2014

(Session réservée aux participants de l’atelier)
Maison Musée Medeiros e Almeida, Salle du Lac, Lisbonne :

10h. Présentation d’Exogenèses et de l’atelier «Transferts»
par Sabine du Crest (Coordinatrice du Programme Exogenèses)

 

10h30. Présentation de la Casa Museu et visite de la collection sous ce point de vue
par Teresa Vilaça (Directrice de la Casa-Museu Medeiros e Almeida)

 

11h30. Le mobilier des Portugais et Luso-asiatiques : contexte politique et social, mode de vie, habitudes et goûts
par Alexandra Curvelo (Conservateur au Museu Nacional do Azulejo, chercheur associée au CHAM, FCSH-UNL, UAç)

Résumé : Le mobilier qui forme le corps des arts produits à partir de l’expérience maritime portugaise est principalement constitué par des objets portatifs, de dimensions relativement petites ou moyennes témoignant de la fragilité de la présence des Portugais dans de nombreuses régions d’Asie, ou du moins, de la nature éphémère et itinérante de tels objets.

Ces objets mobiliers témoignent également à la fois de l’héritage arabe du royaume du Portugal et de l’expérience civilisationnelle complexe et de longue durée, enrichie par les contacts avec l’Afrique, l’Atlantique, ainsi qu’avec les côtes de l’Océan Indien, de l’Asie du Sud-est, de la Chine et du Japon, qui a forgé la culture matérielle associée aux Portugais, prenant la forme d’une mémoire vive d’un dialogue culturel.
Parallèlement aux marchandises et objets d’art produits en Orient et envoyés au Portugal, il faut prêter attention aux artisans indiens qui ont été envoyés au Portugal pour enseigner à leurs homologues portugais les techniques de production de textiles et de bijoux. C’est certainement l’un des aspects les plus intéressants, bien que souvent négligé, de l’interaction luso-indienne au cours des XVIe et XVIIe siècles, notamment en comparaison avec d’autres pays européens.
Par conséquence, à partir du milieu du XVIIe siècle, un nombre d’éléments de mobilier, mais aussi des bijoux et des textiles qui semblaient indiens et « exotiques », étaient en fait fabriqués entièrement au Portugal et par des artisans portugais pour un marché local et européen. L’idée de donner délibérément une touche « indienne », compréhensible comme « exotique », à ces produits peut même être considérée comme la consolidation d’une société de consommation.

Abstract : « Portuguese and Luso-Asian Furnitures: political and social context, way of life, practices and likes »

Most of the furnitures produced from Portuguese maritime experience are constituted by portable objects, of small or medium sizes, that demonstrate the fragility of Portuguese occupation in several regions of Asia – or at least their ephemeral and itinerant nature.
These furnitures also attest either of an Arabic inheritage in the Portuguese kingdom, or either of a long time and intricated civilizational experience, extended by contacts from Africa to Atlantic, as well as with Indian Ocean edges, South-East Asia, China and Japan that forged material culture associated to Portuguese, as a reminder of a dialogue of cultures.
Besides from goods and works of art produced in Orient and sent to Portugal, it is worth to pay attention to Indian craftsmen that were sent in Portugal to teach their textile and jewelry technics. This is certainly one of the most interesting aspects, although often neglected, of Luso-Indian interaction during the 16th and 17th centuries, and still more striking by comparison with other European countries.
Consequently, from the mid-17th-century, number of furniture elements, as well as jewelry and textiles that seemed to be Indian and “exotics”, were completely made in fact in Portugal, by Portuguese craftsmen for a local and European market. Giving intentionally to these products an “Indian” touch (understandable as “exotic”) can be considered even as the consolidation of a consumer society.

13h. Pause

 

14h30. Les arts extra-européens au Portugal au XVIe siècle
par Nuno Senos (Chercheur-coordinateur, CHAM, Universidade Nova de Lisboa)

Résumé : En 1563, suivant la mort du plus riche aristocrate du Portugal, D. Teodosio, Duc de Bragança, fils d’un héros de la guerre du Maroc, frère d’un vice-roi de l’Inde, un inventaire a été fait de tout le contenu de son palais de Vila Viçosa. Avec plus de 1600 pages et plus de 6000 entrées, il s’agit du plus grand inventaire du sixième siècle qui a survécu au Portugal, proposant une vision exceptionnelle de la vie dans le palais ducal.
Parmi l’immensité d’objets inventoriés, plusieurs illustrent l’intérêt du Duc pour l’empire que le Portugal construisait patiemment depuis un siècle et demi ; ils comprenaient des chroniques, des cartes géographiques, des instruments nautiques, des pierres bézoards, des boites en tortue, de la porcelaine chinoise.
Dans cette communication, je vais utiliser les conclusions de l’étude de ce cas pour discuter les catégories et les a priori généralement utilisés pour analyser la présence d’objets extra-européens dans les inventaires, voire dans les maisons portugaises du sixième siècle.

Abstract : « Extra-European Arts in Portugal in the 16th century »

In 1563, following the death of the richest aristocrat in Portugal, D. Teodosio, Duke of Bragança, son of a war hero in Morocco, brother of a viceroy of India, an inventory was made of all contents of his Vila Viçosa Palace. Through more than 1600 pages and more than 6000 entries, this is the most important remaining 16th century inventory in Portugal, offering a unique perception of life in the Ducal Palace.
Among the great number of inventoried objects, several demonstrate the Duke interest for the Empire that Portugal patiently built for 150 years; these objects included chronics, maps, nautical instruments, bezoar stones, turtle boxes, Chinese porcelain.
This lecture will attempt to use conclusions of this case study to discuss categories and a priori generally employed to analyze Extra-European objects mentioned in inventories, or even in Portuguese 16th century houses.

 

15h. Chinese Textiles in Portuguese Interiors (16th-18th Centuries)
par Maria João Ferreira (Chercheur associée au CHAM)

Abstract : Since the beginning of the 16th century the Portuguese became enthusiasts for Chinese textiles – most especially of those embroidered with vivid colours and naturalistic subjects – incorporating these testimonies in their ecclesiastical and civil life. In fact, these truly novelties became an important part of the decorative displays conceived for aristocratic interior houses in Portugal since early Modern age. Through the analyses of some inventories dated between the 16th and the 18th centuries, this lecture aims to identify the profile of the most common Chinese textiles used in Portuguese interior furnishings as well as to discuss some methodological issues related with their study.

Résumé : « Les tissus chinois dans les intérieurs portugais (XVIe-XVIIIe siècles) »

Depuis le début du XVIe siècle, les Portugais se sont passionnés pour les textiles chinois – notamment pour les broderies aux couleurs vives et aux sujets naturalistes – les incorporant aux éléments de la vie ecclésiastique et civile. En fait, ces nouveautés devinrent dès le début du Moyen Âge une composante importante du décor dans les intérieurs des demeures aristocratiques au Portugal. À travers une étude d’inventaires datant des XVIe et XVIIIe siècles, cette conférence tente d’identifier la nature des textiles chinois les plus usités dans les intérieurs portugais et de discuter des problèmes méthodologiques que pose leur étude.

vhj

15h30. Transferring manufactured colonial objects to Indo-Portuguese art
par Carla Alferes Pinto (Doctorante, Assistante de recherche, CHAM – FCSH/NOVA-UAç)

Abstract : In 1881 John Charles Robinson, once curator at the South Kensington Museum, named several pieces of furniture as Indo-Portuguese, an expression first used to label the various dialects developed in India after the arrival of the Portuguese and there were (or had been) under Portuguese ruling.
Although Robinson didn’t explain the full meaning and limits of the concept, the expression would soon be used in Portugal, in the following year, in none other but the first public exhibition ever of Portuguese decorative arts, the Exposição Retrospectiva de Arte Ornamental Portuguesa e Espanhola held at the Museu Nacional de Belas Artes in 1882. The characterization proposed by the Englishman – that the arts of the Iberian Peninsula couldn’t be set apart and that the main difference between Portuguese and the Spanish provinces arts was the influence by Indian art after the early arrival of the Portuguese in the Asian sub-continent in 1498 – didn’t persuade Portuguese intelligenzia. Nevertheless, the expression was used, argued and disputed without much further conceptual definition and thus setting the grounds for future interpretations.
In this presentation I would like to discuss the importance of 19th century industrial and international exhibitions to the visibility of Indo-Portuguese ethnic objects, why and when were they “transformed” in art and how they entered Portuguese Imperial discourse of display in substitution of the Goan one, where they first appeared as early as 1860.

Résumé : « Transfert d’objets coloniaux manufacturés vers l’art indo-portugais »

En 1881, John Charles Robinson, alors conservateur au South Kensington Museum, dénomme « Indo-Portugais » plusieurs objets : une expression qui avait d’abord été utilisée pour désigner les dialectes variés développés en Inde après l’arrivée des Portugais et qui étaient (ou avaient été) sous domination portugaise.
Bien que Robinson n’expliqua pas pleinement la signification et les limites du concept, l’expression fut employée au Portugal dès les années suivantes, dans rien de moins que la première exposition sur les arts décoratifs portugais : la Exposição Retrospectiva de Arte Ornamental Portuguesa e Espanhola qui se tint au Museu Nacional de Belas Artes en 1882. La caractérisation proposée par l’Anglais – que les arts de la Péninsule Ibérique formaient un tout et que la principale différence entre les arts des provinces portugaises et espagnoles était l’influence de l’art indien après l’arrivée des premiers Portugais sur le sous-continent asiatique en 1498 – ne convainquit pas l’intelligentsia portugaise. Néanmoins, l’expression fut utilisée, débattue et contestée sans plus de définition conceptuelle, installant dès lors les bases d’interprétations futures.
Au cours de cette présentation, je souhaiterais examiner l’importance des expositions industrielles et internationales au XIXe siècle pour la connaissance des objets ethniques indo-portugais : pourquoi et quand ils furent « transformés » en art et comment ils intégrèrent le discours visuel impérial du Portugal, non plus de Goa, où ils apparurent dès 1860.

16h. Discussion.

Vendredi 6 juin 2014     

(Session réservée aux participants de l’atelier)

10h. Museu Nacional de Arte Antiga

14h30. Palais de Santos, ambassade de France à Lisbonne

15h30. Museu de Artes Decorativas

Capture d’écran 2014-05-07 à 14.35.31

 

 

 

 

 

 

 

Téléchargez le programme :

Programme Lisbonne_recto-verso_v6-1Programme Lisbonne_recto-verso_v6-2

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.