Ding, ding, ting: Objets médiateurs de culture. Espaces germanophone, néerlandophone et nordique Colloque international – Paris-Sorbonne 11-13 avril 2013

Le colloque propose de croiser les fils de deux traditions théoriques, la théorie des transferts culturels, élaborée par Michel Espagne et Michael Werner [Espagne/ Werner, 1988] dans les années 1980, qui a donné lieu ensuite à divers prolongements (histoire croisée, recherche sur les phénomènes de circulation, de réseau, d’interculturalité, d’hybridation…) [Engel/ Gutjahr/ Braungart, 2003 ; Suppanz, 2003], et celle des Material Culture Studies, courant théorique hétérogène issu du monde anglo-saxon qui se développe à partir des années 1970 et s’inscrit dans les Culture Studies. Si les transferts culturels se détournent volontairement d’une démarche jugée empiriste qui « accumul[erait les] matériaux » [Espagne, 1999 : 7] pour se concentrer sur l’analyse du rôle de la genèse des discours et des concepts empruntés dans la « constitution des traditions culturelles nationales » à partir de sources écrites [6], les ouvrages nés du material turn quant à eux, se concentrant de plus en plus sur l’histoire du quotidien d’une culture donnée, abordent souvent la question de la part de l’autre dans la formation des identités collectives à travers le prisme d’études sur des territoires colonisés [Gustafsson Reinius, 2008], et sont en cela tributaires du lien originaire de ces théories à des disciplines telles que l’ethnologie ou l’anthropologie.

L’intention est de pratiquer ainsi une théorie des transferts culturels « par le bas », à partir de sources dont le caractère matériel est primordial ou dans lesquelles la thématisation d’objets est essentielle, et d’appliquer les théories de la culture matérielle à un champ transnational européen.

Programme du colloque: http://colloque.objetsmediateurs.over-blog.com/article-programme-115742128.html

Site du Colloque: http://colloque.objetsmediateurs.over-blog.com/