Séminaire Exogenèses du 20 février 2014 : « Paradoxes de l’authenticité : peut-on parler d’objets-frontières dans les pratiques artistiques occidentales du XIXe siècle ?”

Par Rémi Labrusse

Vue intérieure de l’Exposition d’art musulman (commissaire Georges Marye), Paris, Palais de l’industrie, 1893.

Vue intérieure de l’Exposition d’art musulman (commissaire Georges Marye), Paris, Palais de l’industrie, 1893.

“Paradoxes de l’authenticité : peut-on parler d’objets-frontières dans les pratiques artistiques occidentales du XIXe siècle ?”

Le XIXe siècle a passionnément rêvé d’authenticité retrouvée dans le passé et dans les lointains, grâce aux objets : à l’ère de l’histoire et des musées, à l’ère aussi des destructions culturelles massives dues à l’industrialisation et à la colonisation, le geste conservatoire s’est voulu de plus en plus rigoureux, y compris dans des contextes privés. Aux usages pratiques des objets exotiques, et donc aux opérations matérielles de transformation et de réappropriation, ont tendu à se substituer des exigences de contemplation esthétique et d’analyse scientifique. Les interventions concrètes ont de plus en plus visé à protéger l’objet dans sa prétendue authenticité, plutôt qu’à l’adapter à de nouveaux usages : cadres, montures, vitrines se sont multipliés comme autant de mises à distance réelles et symboliques. Dans ce contexte, les objets-frontières stricto sensu ressortissent-ils à une pratique résiduelle, venue du passé mais en voie d’extinction progressive ? Faut-il leur préférer la notion d’espace-frontière, assemblage hétérogène d’objets maintenus chacun dans son intégrité, pour caractériser les procédures de réappropriation d’objets étrangers en Occident à cette époque ? Ou peut-on s’appuyer sur cette évolution profonde des pratiques artistiques pour penser autrement, plus largement, la notion d’objet-frontière, en passant de l’objet matériel à l’objet mental, et en s’interrogeant sur un phénomène nouveau : la quête et la production d’états limites culturels, chez certains artistes, au tournant du XIXe et du XXe siècle ?

Séminaire Exogenèses du jeudi 20 février 2014. EHESS, salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris.

 

Suggestions bibliographiques :

Intérieurs romantiques. Aquarelles 1820-1890, dir. Gail S. Davidson, Daniel Marchesseau, Paris, Parismusées, 2012.

Ernst H. Gombrich, La Préférence pour le primitif. Episodes d’une histoire du goût et de l’art en Occident, trad. Dominique Lablanche, Paris, Phaidon, 2004 [éd. orig. 2002].

Céleste Olalquiaga, Royaume de l’artifice. L’émergence du kitsch au XIXe siècle, trad. Gilbert Cohen-Solal et Michèle Veubret, Lyon, Fage éditions, 2008 [éd. orig. 1998].

Dominique Pety, Poétique de la collection au XIXe siècle. Du document de l’historien au bibelot de l’esthète, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2010.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.