Séminaire Exogenèses du 6 février 2014 : « Le Vase arabe du roi de Suède, suivi de : Comment le peintre Mariano Fortuny découvrit les vases de l’Alhambra »

Par Rémi Labrusse

Séminaire Exogenèses du jeudi 6 février 2014. EHESS, salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris.

Vase dit du Salar, Espagne nasride, XIVe siècle, céramique à lustre métallique, piètement par Mariano Fortuny y Marsal, bronze, vers 1870-1874, Saint-Pétersbourg, musée de l'Ermitage.

Vase dit du Salar, Espagne nasride, XIVe siècle, céramique à lustre métallique, piètement par Mariano Fortuny y Marsal, bronze, vers 1870-1874, Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage.

« Le Vase arabe du roi de Suède, suivi de : Comment le peintre Mariano Fortuny découvrit les vases de l’Alhambra. Migrations et transformations de deux vases nasrides à reflets métalliques à travers l’Europe (XIVe-XIXe siècle) »

Les vases à reflets métalliques dits de l’Alhambra, objets monumentaux et prestigieux produits autour de Grenade, sous la dynastie nasride, au XIVe siècle, ont été redécouverts à la fin du XIXe siècle, en particulier grâce au peintre et collectionneur Mariano Fortuny y Marsal (1838-1874). Mais ils n’avaient jamais été complètement oubliés, même si le souvenir de leur origine exacte tendait à s’effacer. Le destin de deux de ces chefs-d’œuvre (dont il ne reste aujourd’hui qu’une petite dizaine dans le monde) sera analysé afin de comparer les procédures de réappropriation artistique au XVIIIe et au XIXe siècle. Le premier est passé par Chypre (Famagouste), où il était vénéré comme un des vases du festin des noces de Cana, puis a été transporté par les Ottomans à Istanbul (1571). Là, l’ambassadeur des Habsbourg l’a acheté avant 1598 pour les collections de Rodolphe II à Prague. Après le sac de la ville par les Suédois en 1648, il a été transporté à Stockholm comme butin. C’est en Suède qu’il a reçu au XVIIIe siècle une spectaculaire monture en bronze ; il était alors considéré comme une œuvre de l’Egypte antique. En 1872, il a finalement été donné par le roi de Suède au National Museum de Stockholm. Le second vase a été repéré et acheté par Mariano Fortuny dans l’église du village du Salar, près de Grenade, en 1871. Un peu plus tard, à Rome, l’artiste a dessiné et fabriqué pour lui une monture médiévalisante en bronze. En 1875, lorsque sa collection a été dispersée en vente publique à Paris, le vase et sa monture ont été acquis par le célèbre collectionneur russe Alexandre Basilewsky, puis par le tsar Alexandre III en 1884, avant de rejoindre les collections du musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg. Grenade, Famagouste, Istanbul, Prague, Stockholm, Rome, Paris, Saint-Pétersbourg : autant de lieux où ces grands objets ont donné lieu à des usages profondément hétérogènes, au cours des siècles.

 

Suggestions bibliographiques :

Atelier de Fortuny. Œuvre posthume, objets d’art et de curiosité, armes, faïences hispano-moresques, étoffes et broderies, bronzes orientaux, coffrets d’ivoire, etc., notices par MM. Edouard de Beaumont (armes), baron Davillier (faïences), A. Dupont-Auberville (étoffes), Paris, J. Claye, 1875.

Fortuny (1838-1874), dir. Mercè Doñate, Cristina Mendoza, Francesc M. Quilez i Corella, Barcelone, Museu Nacional d’Art de Catalunya, 2004.

Los Jarrones de la Alhambra. Simbologia y poder, dir. Mar Villafranca Jimenez et Jesus Bermudez Lopez, Grenade, Junta de Andalucia, 2006.

Baron Davillier, Fortuny, sa vie, son œuvre, sa correspondance, Paris, Auguste Aubry, 1875.

Alfred Darcel, « La Collection Basilewsky », Gazette des beaux-arts, Paris, 1er janvier 1885, p. 39-54.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.