Séminaire Exogenèses du 16 janvier 2014 : « De l’objet exotique à l’espace frontière. Usages des tapis islamiques dans les intérieurs occidentaux (XVe-XXe siècle) »

Par Rémi Labrusse

Séminaire Exogenèses du jeudi 16 janvier 2014. EHESS, salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris.

 E. Duranton, Chez la famille Goupil. Le « Salon oriental » d’Albert Goupil, vers 1884, huile sur toile, 64 x 91 cm, coll. part.

A partir de la fin du XVe siècle, les grandes nations occidentales importent des tapis en provenance de l’Empire ottoman, d’abord, puis de l’Empire safavide. Objets de luxe, ces tapis ne sont généralement pas utilisés au sol. L’adaptabilité sémantique de leurs compositions non narratives permet de se les approprier symboliquement dans de nouveaux contextes religieux ou politiques (ce dont témoignent notamment les représentations picturales du temps). La situation se trouve profondément bouleversée par l’expansionnisme colonial occidental au XIXe siècle, sur un plan aussi bien économique qu’esthétique. Alors que les productions traditionnelles locales s’écroulent sous les coups de la mécanisation et de la concurrence internationale, les amateurs occidentaux confèrent une valeur exotique renforcée à ces objets. Les intérieurs bourgeois (qu’il s’agisse d’ateliers d’artistes orientalistes, de salons de collectionneurs, ou du divan de Sigmund Freud à Vienne) sont subtilement modifiés par ces objets à la fois éclatants et discrets, générateurs de fantasmes. D’où les rêveries littéraires et artistiques qu’ils suscitent, de Henry James à Stéphane Mallarmé, de Henri Regnault à Odilon Redon. Parallèlement, se met en place un véritable paradigme du tapis dans l’esthétique dite d’avant-garde, chez Henri Matisse, Franz Marc, Paul Klee ou Le Corbusier.

Suggestions bibliographiques :

L’Art du tapis dans le monde, intr. Yves Mikaeloff, préf. Daniel Alcouffe, Marthe Bernus-Taylor, Paris, Mengès, 1996.

Le Ciel dans un tapis, dir. Joëlle Lemaistre, Roland Gilles, Paris, Institut du monde arabe, Lisbonne, Fondation Calouste Gulbenkian, Gand, Snoek, 2004.

Werner Brüggemann, Der Orientteppich. Einblicke in Geschichte und Ästhetik, Wiesbaden, Ludwig Reichert Verlag, 2007.

Joseph Masheck, « The Carpet Paradigm : Critical Prolegomena to a Theory of Flatness », Arts Magazin, New York, septembre 1976, n° 51, p. 93-110.

 

Légende image : E. Duranton, Chez la famille Goupil. Le « Salon oriental » d’Albert Goupil, vers 1884, huile sur toile, 64 x 91 cm, coll. part.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.