Exposition : « Made in Oceania : Tapa. Art et paysages sociétaux » (Cologne)

Cologne, Rautenstrauch-Joest-Museum

Du 
12 octobre 2013 au 27 avril 2014

Bildreihe 4

Largement méconnu en Europe, le « Tapa » est l’expression première des identités culturelles présentes au cœur de l’immensité du Pacifique. Ce tissu, unique en son genre, fabriqué à partir d’écorces d’arbres, fait le lien entre des habits à Hawaii, des masques rituels en Papouasie-Nouvelle-Guinée, des cadeaux de mariage à Samoa, des cloisons de maisons aux îles Fidji, ou le ‘tapis rouge’ des cérémonies de couronnement au Tonga.Avec un vaste ensemble de 250 objets, se déployant sur plus de 1.400 m2, « Made in Oceania : Tapa » réunit une sélection des plus beaux objets Tapa connus. La quasi-totalité de ces pièces, exceptionnelles et fragiles, n’a jamais été présentée au public en Europe. Elles sont issues pour certaines des collections ethnologiques du Rautenstrauch-Joest-Museum de Cologne mais surtout d’importantes institutions de la sphère pacifique comme le Musée Te Papa Tongarewa de Wellington (Nouvelle-Zélande) ou l’Australian Museum de Sydney. Elles illustrent le Tapa issu de Papouasie-Nouvelle-Guinée, des îles Salomon, du Vanuatu, de Samoa, du Tonga, de Futuna, de Niue ou des îles Fiji. Les objets les plus anciens remontent au 18ème siècle – issus des collections du navigateur britannique James Cook – tandis que la période contemporaine est illustrée par une trentaine d’œuvres d’artistes polynésiens ou mélanésiens de renommée internationale : John Pule, Fatu Akelei Feu’u, Michel Tuffery, Shigeyuki Kihara, Timothy Akis ou Mathias Kauage.

D’île en île

L’exposition vise tout d’abord à offrir une approche « océanienne » sur le Tapa et qu’ils soient artistes, agents ou producteurs, les ‘Pacific Islanders’ ont joué un rôle central lors de chacune des étapes de celle-ci. Depuis l’élaboration même du concept de l’exposition au choix des sources historiques en passant par la présentation des objets ou le contenu de la programmation, ils ont étroitement collaboré avec le musée aussi bien dans la sélection des pièces que dans celle des récits liés à leur présentation. Les habitants du Pacifique et concepteurs du Tapa ne seront pas seulement présents par le biais de films ou d’interviews mais de nombreux artistes honoreront l’exposition de leur présence et iront directement à la rencontre des visiteurs par le biais d’ateliers et de débats. Un tel dialogue entre conceptions et représentations océaniques et occidentales servant de fil rouge tout au long de l’exposition. D’île en île, les liens entre passé et présent, vie quotidienne et expression artistique permettront donc de découvrir et de comprendre la place essentielle du Tapa dans les cultures du Pacifique.

En forme de passionnante introduction visuelle à l’exposition, « Ocean III », tirage de grand format (242,40 x 453,40 m) du photographe allemand Andreas Gursky (1955 -) vient rappeler l’immensité et la centralité de l’océan Pacifique. Faisant appel à des images satellite de grande résolution auxquelles viennent s’ajouter d’autres sources visuelles issues de l’Internet, Andreas Gursky recrée l’image totalement artificielle d’une immense surface aquatique sur les cotés de laquelle viennent mordre, de part et d’autres, bandes côtières et bouts de continents. Le propos est ainsi de remettre au centre ce que la cartographie ne traite que comme un « à-côté » : l’océan dans son immensité. Dans cette partie introductive de l’exposition, l’œuvre de Gursky est mise en regard avec un Tapa du Tonga de près de 3 m2 illustrant les voies de navigation dans le Pacifique et l’histoire de son peuplement.

En guise d’introduction historique à l’exposition sont présentés des objets collectionnés par le navigateur et cartographe britannique James Cook (1728 – 1779) et par le naturaliste – et révolutionnaire – allemand Georg Forster (1754 -1794). Ces objets ont été sélectionnés afin de représenter les explorations du 18ème siècle et l’importance fondatrice de cet « âge de la découverte ». En Europe, les premiers contacts entre Européens et les îles du Pacifique ont souvent été étudiés selon un point de vue purement occidental. En contrepoint de ce récit habituel, Michel Tuffery, un artiste néo-zélandais d’origine samoane apporte une perspective polynésienne sur cette rencontre sous la forme d’une installation murale multimédia.

Au19ème siècle, le recours au Tapa par la photographie naissante fait l’objet d’une section à part entière au sein de l’exposition. Comme ce tissu restait largement inconnu en Europe, il fut alors utilisé en tant que support pour la mise en scène des portraits exotiques liés aux îles du Pacifique. Des tirages originaux issus des archives photographiques du Rautenstrauch- Joest-Museum sont ainsi mis en regard avec des photographies contemporaines de l’artiste néo-zélandaise Shigeyuki Kihara dont on a pu voir les œuvres lors d’une exposition personnelle au Metropolitan Museum of Art de New-York en 2008/2009.

Le Tapa de Mélanésie, de Polynésie et des îles Fidji occupe le cœur de l’exposition. Déployant un dispositif à la fois thématique et géographique, la scénographie de l’exposition permet de mettre en valeur l’aura d’objets simples et usuels tout en permettant de comprendre leur contexte culturel d’origine. Les thèmes traités illustrent des aspects importants des cultures en question : le don de cadeau, la religion, l’impact du tourisme sur les rôles entre les sexes, la permanence et les évolutions des objets (notamment des vêtements) sous l’influence hier, de l’évangélisation et de la colonisation, et aujourd’hui, de la mondialisation. Un thème récurrent est l’importance du Tapa pour ce qui est de l’expression de l’identité de chaque communauté, qu’elle soit restée sur place ou qu’elle ait fait l’objet d’une diaspora. La scénographie de l’exposition permet ainsi à chaque visiteur d’avoir individuellement accès aux objets selon différentes approches et différents niveaux de lecture.

Au centre de l’exposition, inspirée des maisons communes traditionnelles mais réinterprétée de façon moderne, la « maison Fidji » offre tout à la fois un lieu de réflexion et de méditation ainsi qu’un forum pour le programme de manifestations accompagnant l’exposition. Tout à coté est présentée la plus grande pièce Tapa de l’exposition : une cloison murale des îles Fidji d’environ 60m 2, datant de la fin du 19ème siècle, et dont l’origine est directement liée à des moments clefs de l’histoire des Fidji.

Artistes polynésiens et mélanésiens contemporains ont aujourd’hui largement recours au Tapa dans leur travail, soit en travaillant sur l’iconographie historique, la fonction ou le matériau, soit en adaptant le Tapa à des contextes nouveaux. Leurs œuvres sont ainsi présentées selon un principe géographique, attenant à chaque section tout en étant constamment reliées à la dimension artistique qui est la leur. Ce va-et-vient, constant et intuitif, entre identité culturelle et dimension artistique permet de guider les visiteurs et d’appréhender ainsi les dimensions historiques liées à l’exposition.

« Made in Oceania : Tapa » offre ainsi une occasion unique de voir des œuvres encore jamais montrées en Europe et de mieux connaître les expressions historiques et contemporaines des cultures et des identités liées au Pacifique. Par ailleurs, les questions que posent l’exposition par le biais du Tapa – qui a été et reste toujours le vecteur des identités océaniennes – et qui touchent aux valeurs culturelles et individuelles sont le point de départ de plus vastes débats sur le rôle de la diversité culturelle à l’heure de la mondialisation et des grandes migrations.

« Made in Oceania : Tapa » reçoit le soutien du Kulturstiftung des Bundes (Fondation culturelle fédérale allemande) et Kunststiftung NRW.

Un catalogue illustré bilingue allemand/anglais de 250 pages accompagne l’exposition. Publié aux éditions Nünnerich-Asmus Verlag (Mainz), il associe des textes et des illustrations sur les diverses significations sociétales et culturelles liées au Tapa en Océanie par des experts internationaux américains, australiens, néozélandais ou européens. Un index sous forme numérique recensant l’intégralité des images des objets exposés vient en supplément du catalogue. Une édition reliée est disponible en librairie et une édition brochée est également en vente à la librairie du musée (publiée dans le cadre de la série Ethnologica).

En marge de l’exposition, l’Ecosign / Design Academy de Cologne proposera un concours universitaire intitulé « Tapa, matière première naturelle pour l’industrie et le design de mode ». En janvier 2014, le Rautenstrauch-Joest-Museum, en coopération avec l’Institut des Sciences de la Conservation de Cologne (SCIC) et l’Université des Sciences Appliquées de Cologne organisera une conférence internationale et pluridisciplinaire de deux jours. L’exposition s‘accompagnera par ailleurs d’un riche programme de conférences, d’ateliers, de spectacles, de conférences, de débats, de films, et de visites guidées par les conservateurs.

Informations complémentaires sur le site : www.made-in-oceania.com

Horaires d’ouverture : Du mardi au dimanche 10 h-18 h, le jeudi 10 h-20 h. Fermé le lundi

Bildreihe 2


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.