Appel à contribution pour le n° 23 de la revue d’art contemporain Marges : « Globalismes »

DEADLINE : 10 juillet 2015

« Globalismes »

Le constat d’un « art global » offre, depuis la fin des années 1980,
une riche matière de réflexion aux théoriciens et aux historiens de
l’art ainsi qu’aux commissaires d’exposition et aux professionnels des
musées. Selon la définition du spécialiste des Global Studies Hans
Belting, aujourd’hui, l’art contemporain peut être appréhendé comme
synonyme de global art, le « globalisme » étant, selon lui, l’antithèse
de l’universalisme dans la mesure où il décentre une vision du monde
unifiée, en s’orientant vers des modernités multiples. Un nouveau
capital cognitif se déploie ainsi sous forme de colloques, de
séminaires, de publications et de programmes de recherche,
d’accrochages de musées et d’expositions. La littérature produite par
les Global Studies met en avant deux approches : la première relie
l’art contemporain à l’évolution du musée, des biennales, des foires,
etc., à la lumière de la globalisation économique, la deuxième dénonce
les inégalités dans les modalités d’accès au monde de l’art
contemporain et considère que le processus d’institutionnalisation ne
fonctionnent pas de la même manière pour tous. Cette dernière dénonce
aussi l’assimilation des nouveaux arrivés soumis et réduits par les
codes et les formats imposés par le marché international.

La première approche, qui s’affiche plus clairement proche de
l’institution, affirme le besoin de repenser les programmations des
musées et leurs politiques d’acquisition en incluant des zones
géographiques auparavant marginalisées. Cette politique reste encore
peu répandue et donne matière à débats au sein des institutions
muséales. La deuxième souhaite élaborer des paradigmes critiques et
historiographiques capables de prendre en compte la nouvelle démarche
géopolitique qu’impliquent les études postcoloniales, les études
culturelles et plus récemment la géographie critique. Dans la variété
des propositions des vingt dernières années, un grand nombre de
questions et de catégories d’interprétation nouvelles ont été
mobilisées, introduisant des notions inédites dans l’historiographie de
l’art, telles que métissage, exclusion, décentrement, hybridation, etc.
En empruntant par ailleurs les termes et les approches autres que ceux
de l’histoire de l’art (géographie, anthropologie, économie,
sociologie, études culturelles,…), ces nouvelles lectures promettent
une réorganisation de l’historiographie de l’art moderne et
contemporain qui prenne en compte des récits multiples et
fragmentaires, réfractaires aux catégories du canon moderniste
occidental.

Cependant, force est de constater que dans de nombreux cas récents
d’expositions/accrochages /ouvrages de référence, ces propositions
prometteuses ont été rapidement réduites à de nouvelles étiquettes
exclusives, qui se réfèrent aussi bien à la géographie (art africain,
art latino-américain…) qu’au médium (photographie, performance) et aux
courants canoniques occidentaux (surréalisme, figuration/abstraction,
conceptualisme…). Ce type d’étiquette semblerait inverser le potentiel
d’ouverture/mobilité/décentrement mis en lumière par les contributions
de nombreux intellectuels, tout en réduisant la production des pays
extra-occidentaux à des concepts facilement exploitables, voire
vendables.

L’art global, serait-il en train de se transformer en nouveau canon
contemporain qui, à l’instar des anciens –ismes du XXe siècle,
annulerait les complexités et, en codifiant des réalités diverses sous
forme d’un récit homogène et stable, légitimerait certaines productions
au détriment d’autres ? Comment la théorie/la recherche/les pratiques
curatoriales peuvent-elles, le cas échéant, intervenir, pour inverser
ou conforter cette tendance ? Quelles possibilités concrètes y a-t-il
de refuser un canon et de créer de nouveaux outils pour penser de
nouvelles perspectives pour l’art de notre temps ?

Axes de réflexion
– Théories et méthodes des Global Studies
– Historiographie mondiale de l’art contemporain
– Lien entre mondialisation économique et art contemporain
– La mondialisation du marché de l’art
– Etiquettes et catégories employées par le marché, les musées et la
critique
– L’art globalisé donne-t-il lieu à une recherche et une théorie elles
aussi globalisées ?
– Qu’est qu’un art local aujourd’hui ?
– Relation entre scène émergente et scène globale

Les propositions devront nous parvenir sous forme d’une problématique
résumée (5.000 signes maximum, espaces et notes compris) avant le 10
juillet 2015 par courriel à Cecilia Braschi (cebraschi@hotmail.com) et
à Angélica González (angelikvas@hotmail.com). Les textes sélectionnés
(en double aveugle) feront l’objet d’une journée d’étude à Paris, à
l’INHA, le 24 octobre 2015. Le texte des propositions retenues devra
nous parvenir le 18 octobre 2015 (40.000 signes maximum espaces
compris). Certaines des contributions seront retenues pour la
publication du numéro 23 de Marges. La revue Marges (Presses
Universitaires de Vincennes) fait prioritairement appel aux jeunes
chercheurs des disciplines susceptibles d’être concernées ? histoire
de l’art, géographie, esthétique, arts plastiques, philosophie, design,
architecture, sociologie, sciences de la communication…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.