CONFERENCE : Lachinage et bagatelles de Chine 10 ans d’acquisitions au Musée de la Compagnie des Indes par Brigitte Nicolas

LIEU : Lorient, Espace Courbet – salle de conférence – 81, rue Amiral Courbet

DATE: Mardi 17 mars 2015 – 18h30 – entrée libre

Conférence de Brigitte NICOLAS 

Conservateur en chef du musée de la Compagnie des Indes

2015conf BN01 W

(c) Photo G. Broudic – Musée de la Compagnie des Indes – Lorient

L’itinéraire des marchandises asiatiques
L’installation des Européens dans les factoreries de Canton au début du 18e siècle provoque le développement spectaculaire d’une production d’objets chinois destinés à l’exportation vers l’Europe. Porcelaines, soies, papiers peints, objets en laque, éventails, sont importés en nombre pour être vendus à Lorient. Ils représentent un marché fructueux en pleine expansion, un commerce de « gros », que se disputent les Compagnies des Indes. La propagation du goût pour ces objets chinois, littéralement le « lachinage », est favorisée par la multiplication des marchands merciers.

Des objets raffinés issus de commandes ou de la pacotille
Parallèlement, les vaisseaux en provenance de Chine transportent quelques objets plus luxueux ou quantités de petits souvenirs que ne commercialisent pas les Compagnies des Indes. Les premiers arrivent en France grâce à l’autorisation de fret privé accordée aux personnes de conditions et aux commandes qui en découlent. Les seconds, les bagatelles chinoises, telles que les nomme l’un des directeurs du port de Lorient, sont le produit de l’autorisation de pacotille accordée aux marins des Compagnies.

Les collections du musée à l’honneur
Ce sont quelques-uns de ces différents objets, issus du commerce avec la Chine, que Brigitte NICOLAS présentera pour cette seconde conférence dédiée aux œuvres entrées dans les collections au cours des dix dernières années.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.