Présentation

 

 

Exogenèses. La production d’objets-frontières dans l’art en Europe depuis 1500


2013-2015 

Responsable : Sabine du Crest

009(1)Au croisement de l’histoire interconnectée, des transferts culturels et de la culture matérielle, le projet Exogenèse propose d’établir le concept « d’objets-frontières », ces objets nés de l’ exogenèse, c’est-à-dire du contact avec des matériaux, des techniques, des formes, des connaissances ou des objets venus des antipodes, et qui continuent le lien entre Nous et les Autres (T. Todorov 1989) depuis le 16e siècle où la connaissance des quatre continents est acquise. Si l’histoire des objets est un domaine habituel de l’historiographie de l’art, le point de vue adopté utilisant les méthodes les plus actuelles des anthropologues sur les objets, concentrateurs de sens, et les appliquant à l’étude de l’Europe entendue comme terrain de rencontre est novateur puisque ce sont les phénomènes de métabolisme qui seront analysés à partir de focalisations sur des « objets-frontières ». Ainsi la discipline de l’histoire de l’art est elle-même poussée vers ses frontières. À travers l’étude des usages de tels objets l’histoire même de la construction de l’identité européenne par le dialogue avec les Autres peut être saisie.

L’objet est un porteur encore insuffisamment étudié en tant que tel de l’histoire interconnectée économique, politique ou sociale, même s’il est parfois intégré dans un discours historique ou artistique. A fortiori, l’objet produit par un rapport avec un objet extra-européen a été encore peu souvent placé au centre de la réflexion. Le projet propose d’y remédier en pointant le moment précis où « l’exogène » fabrique de « l’endogène ». La fabrication du sens des objets par le contexte, l’ambivalence des objets (M. Jeudy-Ballini-B. Derlon 2008) sont des questions centrales dans le projet puisque quels que soient le contexte, la nature ou la provenance seront étudiées les diverses modalités de production « d’objets-frontières ».

« L’objet-frontière » est conçu comme un concentrateur de relations complexes qui seront étudiées à partir d’un faisceau de cas sélectionnés. Un « objet-frontière» type étudié récemment a été vu comme un « reliquaire d’un genre nouveau »: le nautile des mers du Sud du Pacifique monté par les orfèvres allemands à la fin du XVIe siècle (S. du Crest 2009). Autour de ces « objets-frontières » particulièrement porteurs de sens la question du statut des objets peut être posée efficacement et faire évoluer la discipline de l’histoire de l’art vers une appréhension plus complète de tous ses objets.

Ces objets fabriqués en Europe, nés dans la conscience européenne, ne se comprennent que dans le contexte européen et ne se réduisent pas au métissage mais ont été et sont encore fondateurs d’une identité européenne qu’ils contribuent à construire. Le goût, l’imitation, la stimulation, l’hybridation sont des étapes essentielles du processus d’acculturation (R. Labrusse 2011). Appuyé sur l’analyse de la contextualisation de ces objets, le projet s’attache aux causes et aux conséquences de la production des « objets-frontières » qui gardent de leurs origines la trace de l’exogenèse. Ainsi fabriqués ou conçus, les « objets-frontières » sont devenus ou deviennent des objets européens. Le rapport à l’Autre jouant entre fascination et répulsion est rendu visible dans le rapport entretenu avec ces objets. Ce processus génère les « objets-frontières » et leur donne forme. Exogenèses propose d’en rendre visible les causes et les conséquences.

-T. Todorov, Nous et les autres. La réflexion française sur la diversité humaine, coll.  » La couleur des idées « , Éditions du Seuil, Paris, 1989.

-B. Derlon-M. Jeudy-Ballini, La passion de l’art primitif. Enquête sur les collectionneurs, Gallimard, 2008.

-R. Labrusse, Islamophilies. L’Europe moderne et les arts de l’Islam, Paris, Somogy, Lyon, Musée des Beaux-Arts, 2011

-S. du Crest, ”Des reliquaires d’un genre nouveau”, Cannibalismes disciplinaires. Quand l’histoire de l’art et l’anthropologie se rencontrent, Th. Dufrêne et A. Ch. Taylor, éds., Musée du Quai Branly-INHA, 2009 pp. 325-334.