Appel à communication : Conservation of East Asian Cabinets in Imperial Residences (Wien, 4-5 Dec 15)

LIEU : Schönbrunn Palace, Vienna, Austria, December 4 – 05, 2015
DEADLINE : 29 juin 2015

The 2nd international workshop within the framework of the FWF-research
project “Asian interior decoration in Schönbrunn Palace” is organized
by the Institute of Conservation,
The Conservation of East Asian Cabinets in Imperial Residences
(1700-1900) – Follow-up of the 2013 Workshop

University of Applied Arts Vienna and Schloss Schönbrunn. The workshop
brings together conservators, conservation scientists and art
historians and aims again to discuss East Asian interior decoration
including porcelain, lacquer and paper objects.
From the Austrian side, results of the research from the last two years
on porcelain, lacquer and paper wares will be presented and discussed
with the conference audience. A guided visit to the East Asian Cabinets
is an integral part of the programme.

Papers to be presented at the conference should focus on the
investigation and conservation of East Asian interiors and their
decoration in imperial residences. Case studies on art historical,
conservation and conservation science issues in these fields are
welcome. Provenance research, especially on objects with Asian origin
and objects manufactured in Europe in the design of East Asian ware, is
highlighted.

Title and abstract (max. 2000 characters) about related topics can be
submitted until 29.06.2015.
Workshop fee is 200 € (students reduced fee of 80 €), lecturers will be
free of charge.

Contact: Martina Haselberger, martina.haselberger@uni-ak.ac.at

Publication : The Global Lives of Things The Material Culture of Connections in the Early Modern World By Anne Gerritsen, Giorgio Riello


The Global Lives of Things
The Material Culture of Connections in the Early Modern World
By Anne Gerritsen, Giorgio Riello

Routledge – 2015 – 304 pages

Introduction The Global Lives of Things: Material Culture in the First Global Age Anne Gerritsen and Giorgio Riello

PART I: OBJECTS OF GLOBAL KNOWLEDGE 1. Itineraries of Matter and Knowledge in the Early Modern World Pamela Smith 2. Towards a Global History of Shagreen Christine Guth 3. The Coral Network: The Trade of Red Coral to the Qing Imperial Court in the Eighteenth Century Pippa Lacey

PART II: OBJECTS OF GLOBAL CONNECTIONS 4. Beyond the Kunstkammer: Brazilian Featherwork and the Northern European Court Festivals Mariana Françozo 5. The Empire in the Duke’s Palace. Global Material Culture in Sixteenth-century Portugal Nuno Senos 6. Dishes, Coins and Pipes: The Epistemological and Emotional Power of VOC Material Culture in Australia Susan Broomhall7. Encounters around the Material Object: French and Indian Consumers in Eighteenth-Century Pondicherry Kévin Le Doudic

PART III: OBJECTS OF GLOBAL CONSUMPTION 8. Customs and Consumption: Russia’s Global Tobacco Habits in the Seventeenth and Eighteenth Centuries Matthew P. Romaniello 9. Sugar Revisited: Sweetness and the Environment in the Early Modern World Urmi Engineer 10.Coffee, Mind and Body: Global Material Culture and the Eighteenth-Century Hamburg Import Trade Christine Fertig and Ulrich Pfister Afterword – Paula Findlen Afterword – Suraiya Faroqhi Afterword – Maxine Berg

Conférence : Art espagnol + art indigène = art créole : Wölfflin et la modernité en Amérique Latine

LIEU : Galerie Colbert, Salle Giorgio Vasari, Institut national d’histoire de l’art, Entrée libre, Accès : 2, rue Vivienne 75002 Paris

DATE :19 mai 2015 – 18h-20h

Art espagnol + art indigène = art créole : Wölfflin et la modernité en Amérique Latine, conférence de Tristan Weddigen (université de Zürich), invité par la revue Perspective : actualité en histoire de l’art dans le cadre de la préparation du numéro Textiles

La constitution d’un discours moderne en Amérique Latine au début du XXe siècle se manifeste souvent comme un processus intellectuel et esthétique de renaissance nationaliste, de libération indigéniste, d’appropriation anthropophagique et de métissage. La conquête régionaliste de théories modernistes européennes ne peut être comprise que par une analyse de la migration transatlantique des textes et des idées. Parmi les auteurs les plus cités par l’avant-garde sud-américaine figure Heinrich Wölfflin, fondateur d’une histoire psychologique du style qui semblait offrir un modèle scientifique pour la construction d’une histoire de l’art autochtone. Dans ce contexte, l’architecte et théoricien de l’art argentin Ángel Guido se révèle comme le transmetteur et transformateur le plus prolifique de la pensée de Wölfflin en Amérique du Sud, qui parvient à métisser l’art précolombien et l’art colonial baroque afin d’établir une esthétique moderne idiosyncratique. L’étude des écrits de Guido nous permet de reconstruire les débuts de la formation du modernisme latino-américain.

Colloque : Starting Workshop CHAM – Projecto Estratégico 2015-2020

De 12-05-2015 a 13-05-2015

FCSH/NOVA – Torre B, Auditório 1
Iniciativa exclusiva para Investigadores do CHAM.

Programa

Dia 12, Terça-feira

10h00 – Sessão de Abertura

11h00-12h30 –  1ª Sessão de Trabalhos. Apresentação dos Grupos de Investigação:
– Cultura, história e pensamento ibéricos e ibero-americanos
– Configurações Políticas e Institucionais

Pausa para almoço

14h30-16h00 – 2ª Sessão de Trabalhos. Apresentação dos Grupos de Investigação:

– Cultura e Literatura – contextos globais e locais
– Leitura e formas de escrita

Coffee-break

16h30-18h00 – 3ª Sessão de Trabalhos. Apresentação dos Grupos de Investigação:
– As Artes e a Expansão Portuguesa
– Economias, agentes e culturas mercantis

Dia 13, Quarta-feira

10h00-12h30 – 4ª Sessão de Trabalhos. Apresentação dos Grupos de Investigação:
– Pensamento Moderno e Contemporâneo
– Arqueologia Moderna e da Expansão Portuguesa
– A Antiguidade e a sua Recepção

Pausa para almoço

14h00-16h30 – 5ª Sessão de Trabalhos. Apresentação das Linhas Temáticas:
– A Europa do Renascimento, os Velhos e os Novos Mundos
– Cidades Globais
– O Mar
– Património e Memória
– Teoria e Metodologia

17h00 – Conclusão dos Trabalhos. Contributos dos membros do CEPAC

Organização

– CHAM / FCSH/NOVA UAc
Pour plus d’informations : http://www.cham.fcsh.unl.pt/

Appel à contribution pour le n° 23 de la revue d’art contemporain Marges : « Globalismes »

DEADLINE : 10 juillet 2015

« Globalismes »

Le constat d’un « art global » offre, depuis la fin des années 1980,
une riche matière de réflexion aux théoriciens et aux historiens de
l’art ainsi qu’aux commissaires d’exposition et aux professionnels des
musées. Selon la définition du spécialiste des Global Studies Hans
Belting, aujourd’hui, l’art contemporain peut être appréhendé comme
synonyme de global art, le « globalisme » étant, selon lui, l’antithèse
de l’universalisme dans la mesure où il décentre une vision du monde
unifiée, en s’orientant vers des modernités multiples. Un nouveau
capital cognitif se déploie ainsi sous forme de colloques, de
séminaires, de publications et de programmes de recherche,
d’accrochages de musées et d’expositions. La littérature produite par
les Global Studies met en avant deux approches : la première relie
l’art contemporain à l’évolution du musée, des biennales, des foires,
etc., à la lumière de la globalisation économique, la deuxième dénonce
les inégalités dans les modalités d’accès au monde de l’art
contemporain et considère que le processus d’institutionnalisation ne
fonctionnent pas de la même manière pour tous. Cette dernière dénonce
aussi l’assimilation des nouveaux arrivés soumis et réduits par les
codes et les formats imposés par le marché international.

La première approche, qui s’affiche plus clairement proche de
l’institution, affirme le besoin de repenser les programmations des
musées et leurs politiques d’acquisition en incluant des zones
géographiques auparavant marginalisées. Cette politique reste encore
peu répandue et donne matière à débats au sein des institutions
muséales. La deuxième souhaite élaborer des paradigmes critiques et
historiographiques capables de prendre en compte la nouvelle démarche
géopolitique qu’impliquent les études postcoloniales, les études
culturelles et plus récemment la géographie critique. Dans la variété
des propositions des vingt dernières années, un grand nombre de
questions et de catégories d’interprétation nouvelles ont été
mobilisées, introduisant des notions inédites dans l’historiographie de
l’art, telles que métissage, exclusion, décentrement, hybridation, etc.
En empruntant par ailleurs les termes et les approches autres que ceux
de l’histoire de l’art (géographie, anthropologie, économie,
sociologie, études culturelles,…), ces nouvelles lectures promettent
une réorganisation de l’historiographie de l’art moderne et
contemporain qui prenne en compte des récits multiples et
fragmentaires, réfractaires aux catégories du canon moderniste
occidental.

Cependant, force est de constater que dans de nombreux cas récents
d’expositions/accrochages /ouvrages de référence, ces propositions
prometteuses ont été rapidement réduites à de nouvelles étiquettes
exclusives, qui se réfèrent aussi bien à la géographie (art africain,
art latino-américain…) qu’au médium (photographie, performance) et aux
courants canoniques occidentaux (surréalisme, figuration/abstraction,
conceptualisme…). Ce type d’étiquette semblerait inverser le potentiel
d’ouverture/mobilité/décentrement mis en lumière par les contributions
de nombreux intellectuels, tout en réduisant la production des pays
extra-occidentaux à des concepts facilement exploitables, voire
vendables.

L’art global, serait-il en train de se transformer en nouveau canon
contemporain qui, à l’instar des anciens –ismes du XXe siècle,
annulerait les complexités et, en codifiant des réalités diverses sous
forme d’un récit homogène et stable, légitimerait certaines productions
au détriment d’autres ? Comment la théorie/la recherche/les pratiques
curatoriales peuvent-elles, le cas échéant, intervenir, pour inverser
ou conforter cette tendance ? Quelles possibilités concrètes y a-t-il
de refuser un canon et de créer de nouveaux outils pour penser de
nouvelles perspectives pour l’art de notre temps ?

Axes de réflexion
– Théories et méthodes des Global Studies
– Historiographie mondiale de l’art contemporain
– Lien entre mondialisation économique et art contemporain
– La mondialisation du marché de l’art
– Etiquettes et catégories employées par le marché, les musées et la
critique
– L’art globalisé donne-t-il lieu à une recherche et une théorie elles
aussi globalisées ?
– Qu’est qu’un art local aujourd’hui ?
– Relation entre scène émergente et scène globale

Les propositions devront nous parvenir sous forme d’une problématique
résumée (5.000 signes maximum, espaces et notes compris) avant le 10
juillet 2015 par courriel à Cecilia Braschi (cebraschi@hotmail.com) et
à Angélica González (angelikvas@hotmail.com). Les textes sélectionnés
(en double aveugle) feront l’objet d’une journée d’étude à Paris, à
l’INHA, le 24 octobre 2015. Le texte des propositions retenues devra
nous parvenir le 18 octobre 2015 (40.000 signes maximum espaces
compris). Certaines des contributions seront retenues pour la
publication du numéro 23 de Marges. La revue Marges (Presses
Universitaires de Vincennes) fait prioritairement appel aux jeunes
chercheurs des disciplines susceptibles d’être concernées ? histoire
de l’art, géographie, esthétique, arts plastiques, philosophie, design,
architecture, sociologie, sciences de la communication…

Colloque : FRANCIS AFFERGAN – PENSER L’EXOTISME, L’ALTÉRITÉ ET LA PLURALITÉ DES MONDES

Nous vous invitons à prendre connaissance du programme de ce colloque qui aura lieu les 11 et 12 mai 2015 en cliquant sur le lien ci-dessous :

http://www.quaibranly.fr/fr/programmation/manifestations-scientifiques/colloques-et-symposiums/francis-affergan-penser-lexotisme-lalterite-et-la-pluralite-des-mondes.html