EXPOSITION : Curiosité(s), le goût de l’ailleurs – Musée des Beaux-arts d’Angers – 14 mars – 19 juillet 2015

Nous vous invitons à découvrir la présentation de l’exposition Curiosité(s), le goût de l’ailleurs en cliquant sur le lien ci-dessous :

http://musees.angers.fr/expositions/expositions-en-cours/curiosites-un-certain-gout-pour-l-ailleurs/l-exposition/index.html

APPEL A CONTRIBUTIONS : « Beyond Chinoiserie : Artistic Encounters between China and the West during the Late Qing Dynasty (c. 1795-1912) »

DATE: 30 – 31 octobre 2015
LIEU: South Orange, NJ, USA
DEADLINE: 15 mai 2015

Proposals are called for papers to be presented at a two-day workshop
entitled « Beyond Chinoiserie: Artistic Encounters between China and the
West during the Late Qing Dynasty (c. 1795-1912) » to be held on the
campus of Seton University in South Orange, NJ (USA) on October 30-31,
2015.

The workshop is intended to bring together an international group of
scholars working on artistic relations and exchanges between China and
the West (Europe and the US) during the greater nineteenth-century,
from the end of the Qianlong Emperor’s reign to the fall of the Qing
dynasty.

Participants are expected to present 30-minute working papers and
participate in panel debates and discussion sessions. Papers may be
focused on objects and sources or may address methodological issues.
Questions to be explored are suggested but not limited to:  
– How do we model the transition of eighteenth-century Chinoiserie to
the nineteenth-century engagement with Chinese art and visual culture,
and relatedly, of Chinese court attitudes towards Western art and
visual culture during the early Qing dynasty to mercantile outlooks
during the late Qing dynasty?
– What, if any, is the relation between Chinoiserie and Japonisme
– What did nineteenth-century collectors of Chinese artifacts collect
and what is the significance of the abundance of Chinese artifacts in
Western painting of the second half of the nineteenth century (e.g.
Stevens, Whistler, Tissot)?
– What Western art objects were available in China and what impact did
they have on art and visual culture production in China?
– Using China and the West as an example, what happens to cultural and
artistic exchanges in a politically hostile atmosphere?

We anticipate publication of the papers in either traditional or
electronic format (funds permitting).

Supported by a grant from the American Council of Learned Societies,
funded by the Chang Ching-kuo Foundation for International Scholarly
Exchange, the symposium is co-sponsored by the University of Sydney and
Seton Hall University. Its steering Committee is comprised of Petra
Chu, Seton Hall University, USA; Ya-chen Ma, National Tsing Hua
University, Taiwan; and Jennifer Milam, University of Sydney, Australia.

All presenters will receive hotel accommodation for up to three nights,
meals during the workshop and transportation between hotel and Seton
Hall. Limited funds are also available to assist with travel costs for
presenters on the basis of need. To apply for these funds, please
submit a brief budget and statement of need (1 page maximum) along with
your paper proposal and cv.

Those interested in presenting a paper at the symposium should send a
one-page (double-spaced) proposal accompanied by a one-page resume (in
one document) as an e-mail attachment to: jennifer.milam@sydney.edu.au.

Important Dates:
Proposal deadline: May 15, 2015.  
Selected participants will be notified by June 30.
Final papers are due September 1, 2015.

Details about the workshop can be found on the website:
http://beyondchinoiserie.weebly.com/

If you have specific questions please e-mail Petra Chu
(petra.chu@shu.edu) or Jennifer Milam (jennifer.milam@sydney.edu.au).

Exposition : Time for tea – Princessehof National Museum of Ceramics – Leeuwarden

Time for tea

6 September 2014 to 5 July 2015

Campagnebeeld Op de thee

Would you like to come for tea at the Princessehof this autumn? From 6 September 2014 the Princessehof National Museum of Ceramics in Leeuwarden lays on a spread with the exhibition Time For Tea. The exhibition explores various tea cultures and includes nearly 1000 objects that reveal the diversity of ceramic objects used for serving and drinking tea. Complete tea sets, exquisite bowls and cups, unique teapots and beautiful tea caddies convey the history of tea in China, Japan, England and the Netherlands.

Tea cultures
Tea has a unique history. Time For Tea transports visitors through different countries, periods and tea cultures in China, Japan, and the Netherlands during the 17th and 18th centuries, England in the 18th and 19th centuries, and again in the Netherlands during the 20th and 21st centuries.
The journey begins in China, where tea drinking originated. Tea was initially regarded as a medicine and an entheogen, but a rich tradition surrounding social tea drinking soon arose. Buddhist monks introduced tea to Japan, eventually giving rise to the Japanese tea ceremony; even today, serving tea correctly in Japan is considered as something of an art. In the early 17th century, the Dutch East India Company brought tea and associated ceramic wares to the Netherlands. At first, the hot drink was a luxury beverage enjoyed by high society, but before long tea became a social event for people from all walks of life. Tea was enormously popular in Great Britain. Afternoon tea was – and still is – a great British tradition. Over the years, tea became interwoven with daily life: nowadays it is served and drunk everywhere, and the culture of tea shows no signs of abating. Chatting with friends over high tea, with trendy teahouses popping up everywhere and deliveries of fresh mint struggling to meet demand: tea is hot!

Ceramics
The exhibition Time For Tea includes an enormous diversity of ceramics made for serving and drinking tea. The museum’s sizeable collection is complemented with objects loaned from other museums and private collections. From China, we have the austere pottery of the Chinese Buddhists and the famous blue-and-white porcelain used by the Ming Dynasty elite. The refined Japanese style is characterised by its simplicity. The Netherlands also has a grand and very varied range of tea wares, ranging from industrial to artisan, from bold design to the well-known ‘boerenbont’.

Activities
The Princessehof National Museum of Ceramics has compiled a comprehensive and appealing programme of activities to accompany the exhibition Time For Tea. Adults can enjoy tea ceremonies, tastings and guided tours. There are also lectures about tea, tea culture and ceramics, opportunities to consult with antiques specialists, and a valuation day. During the holidays in autumn, at Christmas and at New Year, children can participate in creative workshops such as making and painting Chinese, Japanese, Dutch and English teacups. In short, there are plenty of activities for young and old during Time For Tea. The programme of activities will be available later this year at www.princessehof.nl.

Colloque “Autour du Louvre Abu Dhabi : pour une histoire globale de l’art ?” – Compte rendu

Nous vous invitons à prendre connaissance du compte-rendu du colloque « Autour du Louvre Abu Dhabi : pour une histoire globale de l’art ? » rédigé par Madame Virginia Cassola, publié initialement le 19 juin 2014 sur son carnet de recherches à l’adresse suivante http://oma.hypotheses.org/61. Bonne lecture !

***

Hier s’est tenu le colloque « Autour du Louvre Abu Dhabi : pour une histoire globale de l’art ? » à l’auditorium du musée du Louvre. Cette journée, qui fait suite à un colloque qui avait eu lieu en 2011, était organisée en marge de l’exposition temporaire Naissance d’un musée qui présente les 150 premières œuvres de la collection permanente du musée Louvre Abu Dhabi

Divisé en deux temps (Le Louvre Abu Dhabi à l’heure de la globalisation culturelle / Dépaysement de la pensée et mises en regard des œuvres), le colloque a su répondre aux questions régulièrement posées sur le projet (rôles de l’Agence France Museum, regard sur les collections, implantions du musée dans société, etc.) depuis le 6 mars 2007, date de la signature de l’accord « Louvre Abou Dabi » de coopération culturelle entre les Emirats arabes unis et le France, qui prévoit l’ouverture d’un « d’un musée destiné à favoriser le dialogue des cultures entre l’Orient et l’Occident, qui présentera des œuvres majeures dans tous les domaines de l’histoire de l’art […] ». Bien plus, le contenu et le discours d’une des quatre galeries qui composeront le musée ont été présentés, satisfaisant ainsi la curiosité des potentiels visiteurs. Pour rappel, le musée devrait ouvrir ses portes en 2015.

Bien plus, ce colloque a voulu interroger les notions de musée universel, histoire globale, histoire connectée, tandis que les communications ont permis à l’auditoire de mieux cerner les objectifs et enjeux du musée Louvre Abu Dhabi : décloisonner l’histoire de l’art en mettant en regard des œuvres d’art produites simultanément dans plusieurs régions du monde, en exposant les résultats artistiques d’échanges et de contacts entre les sociétés. Il ne s’agit plus de présenter des œuvres d’art par départements – tels au musée du Louvre le Département des antiquités orientales, le Département des peintures, etc. – mais par une trame chronologique qui relie les civilisations entre elles.

Voici en quelques lignes et mots-clés, les principaux moments de ce colloque très riche.

Ouverture : Jean-Luc Martinez, président-directeur du musée du Louvre

Pour J.-L. Martinez, cette journée a pour objectif principal de convier les problématiques de l’histoire monde, de l’histoire connectée appliquée à l’histoire de l’art et à l’histoire des musées

Il rappelle que le Louvre Abu Dhabi sera le premier musée universel du XXIe siècle, d’autant plus implanté dans une région spécifique au carrefour de l’Europe et de l’Asie qui amène à changer les perspectives et à relever de nouveaux défis : diversification publics et décloisonnement colletions déjà entamés au Louvre Lens.

J.-L. Martinez mentionne quelques collections publiques françaises qui font partie de l’Agence France Museums et qui prêteront des œuvres afin de compléter la collection du Louvre Abu Dhabi: musée du Louvre, BNF, Centre Pompidou, musée d’Orsay, musée du quai Branly, musée national des arts asiatiques – Guimet, musée du Moyen Age-Cluny, musée Rodin, musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye, Sèvres, Cité de la céramique, Château de Fontainebleau, Château de Versailles, musée des Arts Décoratifs. Il rappelle que ces prêts sont des enjeux de taille mais très ambitieux puisqu’ils sont une opportunité unique de reformer des collections et de dépasser périmètres actuels.

Conférence inaugurale : Universalité et écart culturel – François Julien, philosophe, sinologue, helléniste, Paris

Le philosophe François Julien a été invité à débuter la journée par une redéfinition de notions et concepts largement utilisés pour définir le projet du Louvre Abu Dhabi, mais bien souvent mal compris.

Pour lui, l’universel a un sens faible de généralité et de constat, et un sens fort sur lequel la pensée européenne s’est constituée, celui d’une nécessité a priori d’avant toute expérience : c’est un concept de la raison.

Mais c’est un terme ambigu aujourd’hui, composite, chaotique, qu’il faut distinguer de l’uniforme, qui est un concept de la production. Aujourd’hui la mondialisation et l’uniformisation de tout ce qui nous entoure, pousse à considérer des choses universelles (légitimité de principe) alors qu’elles ne sont qu’uniformes.

Concernant la diversité des cultures, souvent comprise comme un ensemble de différences, il préfère employer le terme d’écart : le terme différence indique une distinction, tandis que le terme écart indique une distance. Par l’écart, les cultures subissent un processus de mise en regard dont les conséquences sont un dialogue des cultures, et non un syncrétisme ou la recherche d’un dénominateur commun.

En tant que philosophe travaillant sur deux philosophies distantes, celle de l’Europe et celle de la Chine, il attend alors du Louvre Abu Dhabi un processus de vis-à-vis, de dévisagement et d’auto-réflexion. Le musée doit se placer comme un sujet agile qui peut circuler entre la diversité pour y trouver son profit, mais aussi être un sujet alerte. Il ne souhaite pas de compromis, ni de tolérance car ce n’est pas très productif, mais plutôt de la compréhensionet donc le croisement de regards.

 

Thème 1 : Le Louvre Abu Dhabi à l’heure de la globalisation culturelle

Historique et actualité du projet – Khalid Abdhullah, représentant de TCA Abu Dhabi et Vincent Pomarède, musée du Louvre

Le Louvre Abu Dhabi, un processus spécifique : idée du musée – architecture – collections.

Louvre Abu Dhabi Crédits : louvre.fr

Louvre Abu Dhabi
Crédits : musée du Louvre

Architecture : dôme monumental inspiré par les techniques d’irrigation utilisées dans les cultures de dattes aux Emirats arabes unis, et de la lumière du soleil qui traverses les palmes de l’arbre.

Plan : musée pensé comme une petite ville : quatre halls d’exposition permanente, un hall d’exposition temporaire et un musée des enfants. Trame chronologique et non thématique.

Historique du projet :

2005, la France est choisie pour la conception muséographique du musée.

2007, signature de l’accord « Louvre Abou Dabi » à partir de ce qui existe déjà :

– Principe architectural de Jean Nouvel : Idée d’un musée-ville : pavillons et places;

– Idée de musée universel : musée national des BA devait être universel, présentant toutes les cultures ;

– Principe d’un musée très orienté vers l’éducatif, qui participerait du projet éducatif global du gouvernement d’Abu Dhabi.

Création de l’Agence France Museums, une parole et une administration uniques dans le but de fédérer les collections nationales françaises participant au projet et d’organiser les commissions d’acquisitions.

Objectifs de formation et de professionnalisation d’experts aux Emirats arabes unis.

2009, exposition de  19 pièces de la collection du Louvre Abu Dhabi + programme scientifique et culturel validé.

2013, exposition Birth of a museum : première exposition d’envergure qui présente 150 pièces de la collection et dont la muséographie de mise en regard des objets préfigure le futur musée + achèvement de la construction du dôme.

2014, l’exposition Naissance d’un musée ouvre ses portes au musée du Louvre à Paris.

Perspectives ouvertes par le décloisonnement des collections – Jean-François Charnier, directeur scientifique de l’Agence France Museums

J.-F. Charnier rappelle la grande difficulté à traiter visions élargies et interconnexions dans l’histoire du monde, ainsi que celle de la fragmentation du musée universel : idée que la continuité des collections et l’identification culturelle sont remises à penser : question de la focale et de l’analyse du chef-d’œuvre au sein de la société qui le produit et dans les connexions avec les mondes qui l’entoure. La solution serait le décloisonnements des collections.

Trois décloisonnements prévus dans le musée Louvre Abu Dhabi :

Décloisonnement 1 : circulation, réciprocités, hybridations

Ex : décor récurrent d’un motif textile sur une boite japonaise et un plateau iranien, qui rappelle les échanges opérées sur la route de la soie)

Boîte octogonale, Chine, dynastie Tang (618-907 apr. J.-C.), milieu du VIIIe siècle, Louvre Abu Dhabi

Boîte octogonale Crédits : fotoparis.livejournal

Boîte octogonale
Crédits : fotoparis.livejournal

… terrestres, routes maritimes

Ex : Céramiques du XVIe siècle d’Iznik (Turquie), des Yuan (Chine), d’Imari (Japon), de Venise (Italie)

…diffusion, transferts, réinterprétations

Ex : cheval monté et char  dans les artistocraties du 2e millénaire BC au Danemark (Char solaire 1300 BC), Mycènes (vase peint, 1600 BC), Cheval en bronze Shang (12e s BC), Ramses II Abou Simbel (2e millénaire BC)

Décloisonnement 2 : concomitances / convergences

Roi-prêtres et pharaons vers 2000 BC :

Gudea, prince de Lagash, Statue assise dédiée au dieu Ningishzida, Vers 2120 avant J.-C, Tello, ancienne Girsu, diorite, musée du Louvre

Gudea Crédits : Louvre.fr

Gudea
Crédits : musée du Louvre

Statue de Senwosret I, vers 1950 BC, 12e Dynastie, Egypte, Karnak, granodiorite, British Museum

Statue de Senwosret I Crédits : British Museum

Statue de Senwosret I
Crédits : British Museum

… divergences/convergences

Ex : le rapport à la lumière : lampe de mosquées, Buddha lumière important dans la diffusion du bouddhisme en Chine, théologie de la umière filtrant dans le vitrail…

Lampe au nom de l’émir Shaykhu, 1350 – 1355 , Tombeau de Shaykhu, cimetière Bab al-Wazir, Le Caire, Égypte ou Syrie, Verre soufflé, décor émaillé et doré, musée du Louvre

Lampe de mosquée Crédits : RMN (Musée du Louvre) / Hervé Lewandowski

Lampe de mosquée
Crédits : RMN/Louvre

Décloisonnement 3 : Universalités ?

Masques funéraires dorés : Egypte, Mycènes, Vikings, Amérique du sud…

Utilisation du jade comme symbole de statuts sociaux dans différentes sociétés néolithiques, universalité des symboles de fertilité au Néolithique (Japon, Amérique centrale, Proche Orient), abstraction et masculinisation de ces figures : début d’un processus concomitant et mondial…

 

Thème 2 : Dépaysement de la pensée et mises en regard des œuvres

Entre Paris et Patna : pour une histoire connectée – Sanjay Subrahmanyam, University of California, Los Angeles / Collège de France

A partir du sujet de la représentation visuelle de l’Inde en Occident à partir de 1500, et les collections d’art indien constituées en Europe (Italie, Pays-Bas) dès le XVIIe siècle, S. Subrahmanyam présente quelques concepts liés à la notion d’histoire connectée :

Régimes de circulation : aspect technologique (mer, terre), circonstances politiques, institutions. Toujours en évolution.

Symétrie vs Asymétrie : pas forcément des symétries de circulation. Quelques indiens en Europe au XVIIe siècle, ms bcp plus d’Européens en Asie + bcp plus d’écrits européens sur l’Asie que l’inverse

Commensurabilité et Traduction : commensurabilité produite dans un système qui n’est pas a priori.

Nombreuses collections de miniatures mogholes aux Pays-Bas qui démontrent une certaine curiosité, dont certaines sont copiées par Rembrandt et servent comme inspiration : par exemple, son Abraham recevant la visite des anges.

De plus, de nombreux Néerlandais se font peindre dans le style indien.

Arts asiatiques et arts de l’Islam : regards croisés, de la Chine vers le monde abbasside et vice et versa – Sophie Makariou, musée national des Arts asiatiques-Guimet et Souraya Noujaim, Agence France-Museums

S. Makariou et S. Noujaim propose une décentralisation du discours de l’Europe afin d’évoquer les influences préislamiques et islamiques en Extrême-Orient.

Parmi les quelques exemples présentés :

Verseuse à tête d’oiseau, 7e-8e siècle, Chine, terre cuite glaçurée, musée national des Arts asiatiques-Guimet : modèle d’un objet métallique venu de la route de la soie, transcription étonnante qui relève du collage

Verseuse à tête d'oiseau Crédits : RMN

Verseuse à tête d’oiseau
Crédits : RMN

Aiguière à tête de coq, vers 1200-1220, Iran, Kashan, céramique siliceuse, décor réticulé, peint sous glaçure,

Aiguière à tête de coq Crédits : RMN

Aiguière à tête de coq
Crédits : RMN/Louvre

Penser différemment la Renaissance : échanges et renouveaux à l’épreuve de la World History – Patrick Boucheron, université Paris I Panthéon-Sorbonne

La Global history est née aux Etats-Unis dans les années 1980, à partir de la question de la domination occidentale = question de ce qu’est le monde : un objet d’étude ou un cadre d’analyse ?

Patrick Boucheron indique qu’il faut plutôt parler d’histoire connectée, contre la global history totalisante, grand récit vague et mal documenté.

Nécessaire mise en regard d’objets distants qui entretiennent une étrange familiarité = recherche d’un effet de sens, d’un effet d’acculturation = apprendre qu’au fond les stés peuvent être distantes sans être ontologiquement différentes (la chine est loin mais n’est pas « un autre »).

Vers un monde global : présentation de la section « XVe siècle – XIXe siècle » du Louvre Abu Dhabi – Jérôme Delaplanche, Agence France-Museums

La troisième section du Louvre Abu Dhabi “début XVe – milieu XIXe”, pose la question de la périodisation des temps traditionnels et de sa pertinence dans une visée universaliste. Toutefois, une scansion,  un rythme sont nécessaires, néceissté qui doit s’allier à la contrainte du bâtiment.

La section est précédée d’une salle qui a la charge de présenter ce fameux tournant du XVe siècle dan l’histoire de la globalisation naissante : sciences, voyages et merveilles.

La section est divisée en trois temps, chaque temps évoquant une thématique transversale dans une chronologie, et son insertion dans une histoire globale. Insistance sur mise en regard, rapprochements audacieux au-delà des distances géographiques

*1er temps « le monde en perspective » = représentations du monde avec enjeu proprement occidental, celle du monde visible

=== définition d’un nouvel espace (perspective), donc d’un nouvel idéal (l’antique) et quête obsessionnelle de la nature (naturalisme)

Giovanni Bellini, Vierge à l’Enfant, vers 1480-1485, Italie, Venise, huile sur toile, Louvre Abu Dhabi

Vierge à l'Enfant Crédits : exponaute.com

Vierge à l’Enfant
Crédits : exponaute.com

*2e temps « le prince », moment historique important et global

Nombreux portraits et objets de cours.

*3e temps « Individu et histoire » : illustrer le rôle nouveau de l’individu, surtout XVIIIe début XIXe

Nombreux portraits privés, images d’intérieurs présentant la notion nouvelle de confort, d’art de vivre.

 

Si, comme l’a fait remarquer S. Subrahmanyam, le musée Louvre Abu Dhabi semble apparaître comme un musée utopique, il nous faut attendre l’automne 2015 pour nous en faire une idée.

Jeune Émir à l’étude Crédits : louvre.fr

Jeune Émir à l’étude
Crédits : musée du Louvre

 Osman Hamdi Bey, Jeune Émir à l’étude, 1878, Istanbul, huile sur toile, Louvre Abu Dhabi

CONFERENCE : Is a Crocodile a Work of Art? Seeing Objects in the Early Modern Cabinet of Curiosities par Paula Findlen

LIEU : New York, Bard Institute, 38 West 86th Street, Lecture Hall 

DATE : Mercredi 8 avril 2015 18h00 – 20h00

Cette intervention de Paula Findlen aura lieu dans le cadre du Séminaire d’Histoire Culturelle.

Pour en savoir plus sur Paula Findlen : https://history.stanford.edu/people/paula-findlen