Séminaire Exogenèses du 6 mars 2014 : « Objets-frontière vs espaces-frontière »

Par Sabine du Crest

013L’enquête portera sur ces deux pôles de la perception des objets extra-européens dans l’Europe moderne que sont le décoratif et le cognitif, autrement dit, l’esthétique et l’érudit. Alors que l’historiographie sépare généralement ces deux versants, on s’interrogera sur les liens qui, néanmoins, peuvent être établis entre eux.

Si les lieux de science accueillant les objets des antipodes furent des formes d‘espaces-frontière desquels les objets-frontière furent a priori exclus, l’analyse des objets extra-européens qui y fut menée conditionna la production de tels objets jusque dans les décors intérieurs et dans les arts dits décoratifs. Ces espaces-frontière d’un type particulier peuvent ainsi être envisagés comme des lieux de fabrique d’objets-frontière.

Séminaire Exogenèses du jeudi 20 février 2014. EHESS, salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris.

Exposition : « Le vernis Martin au musée Nissim de Camondo » (Paris)

Musée Nissim de Camondo, Paris

Du 13 février au 8 juin 2014

 

Samaritaine et Pont-Neuf « Le vernis Martin du musée Nissim de Camondo »

Né du désir d’imiter les laques produites en Extrême-Orient qui, dès le XVIe siècle, fascinent les Européens par la dureté de leur matière, leur profondeur, leur légèreté et leur esthétique, le vernis Martin acquit en France ses lettres de noblesse et son nom grâce au talent des frères Martin actifs au XVIIIe siècle.

Ces derniers, au nombre de quatre, n’en furent cependant ni les inventeurs ni les praticiens exclusifs ! Elaborée tout au long du XVIIe siècle et au début du siècle suivant dans les ateliers des vernisseurs parisiens, sans cesse améliorée, cette laque à la française ne représente pas une seule technique mais des techniques applicables sur des supports extrêmement variés : bois, cuir, métal, papier mâché, carton. De même, elle ne se cantonna pas à un seul secteur des arts décoratifs mais se déploya tant dans le mobilier, que dans le décor des boiseries, des voitures hippomobiles, des petites boîtes, tabatières, étuis et autres colifichets. L’engouement fut tel, que les marchands-merciers surent en tirer grand profit, proposant à leur clientèle, tant parisienne qu’européenne, des objets qui participèrent ainsi à l’élégance des intérieurs de ce siècle raffiné.Reflet d’un intérieur parisien du XVIIIe siècle français, le musée Nissim de Camondo compte, au sein de ses collections, quelques chefs-d’œuvre de cette technique. Léguées avec l’hôtel qui les contient à l’Union centrale des Arts décoratifs, aujourd’hui les Arts décoratifs, ces collections ne peuvent, selon les clauses testamentaires de son légataire, le comte Moïse de Camondo (1860-1935), être prêtées. Aussi nous vous proposons un parcours « vernis Martin » au sein de l’hôtel du collectionneur afin d’en découvrir les chefs-d’œuvre car en grand amateur du XVIIIe siècle qu’il était, Moïse de Camondo sut acquérir des pièces emblématiques comme la paire d’encoignures de l’ébéniste BVRB, la paire de vases en carton laqué ou encore la table en cabaret de RVLC.Retrouvez toutes les informations sur cette exposition en cliquant ici !

 

Séminaire Exogenèses du 20 février 2014 : « Paradoxes de l’authenticité : peut-on parler d’objets-frontières dans les pratiques artistiques occidentales du XIXe siècle ?”

Par Rémi Labrusse

Vue intérieure de l’Exposition d’art musulman (commissaire Georges Marye), Paris, Palais de l’industrie, 1893.

Vue intérieure de l’Exposition d’art musulman (commissaire Georges Marye), Paris, Palais de l’industrie, 1893.

“Paradoxes de l’authenticité : peut-on parler d’objets-frontières dans les pratiques artistiques occidentales du XIXe siècle ?”

Le XIXe siècle a passionnément rêvé d’authenticité retrouvée dans le passé et dans les lointains, grâce aux objets : à l’ère de l’histoire et des musées, à l’ère aussi des destructions culturelles massives dues à l’industrialisation et à la colonisation, le geste conservatoire s’est voulu de plus en plus rigoureux, y compris dans des contextes privés. Aux usages pratiques des objets exotiques, et donc aux opérations matérielles de transformation et de réappropriation, ont tendu à se substituer des exigences de contemplation esthétique et d’analyse scientifique. Les interventions concrètes ont de plus en plus visé à protéger l’objet dans sa prétendue authenticité, plutôt qu’à l’adapter à de nouveaux usages : cadres, montures, vitrines se sont multipliés comme autant de mises à distance réelles et symboliques. Dans ce contexte, les objets-frontières stricto sensu ressortissent-ils à une pratique résiduelle, venue du passé mais en voie d’extinction progressive ? Faut-il leur préférer la notion d’espace-frontière, assemblage hétérogène d’objets maintenus chacun dans son intégrité, pour caractériser les procédures de réappropriation d’objets étrangers en Occident à cette époque ? Ou peut-on s’appuyer sur cette évolution profonde des pratiques artistiques pour penser autrement, plus largement, la notion d’objet-frontière, en passant de l’objet matériel à l’objet mental, et en s’interrogeant sur un phénomène nouveau : la quête et la production d’états limites culturels, chez certains artistes, au tournant du XIXe et du XXe siècle ?

Séminaire Exogenèses du jeudi 20 février 2014. EHESS, salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris.

 

Suggestions bibliographiques :

Intérieurs romantiques. Aquarelles 1820-1890, dir. Gail S. Davidson, Daniel Marchesseau, Paris, Parismusées, 2012.

Ernst H. Gombrich, La Préférence pour le primitif. Episodes d’une histoire du goût et de l’art en Occident, trad. Dominique Lablanche, Paris, Phaidon, 2004 [éd. orig. 2002].

Céleste Olalquiaga, Royaume de l’artifice. L’émergence du kitsch au XIXe siècle, trad. Gilbert Cohen-Solal et Michèle Veubret, Lyon, Fage éditions, 2008 [éd. orig. 1998].

Dominique Pety, Poétique de la collection au XIXe siècle. Du document de l’historien au bibelot de l’esthète, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2010.

 

Exposition : « Objets uniques – Ira de Fürstenberg » (Paris)

Musée Jacquemart-André, Paris

Du 13 février au 2 mars 2014

Objets uniques« Objets uniques » – Ira de Fürstenberg

Après une première exposition qui a rencontré un très vif succès au musée Bagatti Valsecchi à Milan en septembre 2013, la collection « Objets uniques » de Ira de Fürstenberg sera présentée à Paris dans les salons du musée Jacquemart-André. Cette fois encore, elle consacre cette exposition muséale aux objets liturgiques et mystiques. Lire la suite

Exposition : « Global City: On the Streets of Renaissance Lisbon » (Londres)

The Wallace Collection, London

6th November, 2014 – 15th February, 2015

'Lisbon, The Rua Nova dos Mercadores', c.1550-1600 (c) The Society of Antiquaries of London

‘Lisbon, The Rua Nova dos Mercadores’, c.1550-1600 (c) The Society of Antiquaries of London

For the first time, rare and beautiful exhibits from Renaissance Lisbon will go on display, evoking the capital of the Portuguese trading empire and one of the first ‘global’ cities of early modern Europe. London, a global and multicultural centre of the present day, will provide the perfect location. Lire la suite

Exposition : « Les secrets de la laque française : le vernis Martin » (Paris)

Musée des Arts Décoratifs, Paris

Du 13 février au 8 janvier 2014

 

Laque

Les Arts Décoratifs mettent le XVIIIe siècle à l’honneur. En consacrant une grande exposition aux secrets de la laque française, le musée révèle l’engouement pour une technique qui incarne le luxe et le raffinement. Du plus imposant au plus discret, du plus somptueux au plus modeste : meubles, panneaux de boiserie, objets d’ameublement, boîtes et étuis, carrosses et traîneaux dessinent l’histoire d’une passion largement partagée par une clientèle parisienne et européenne, qui dépassa celle de la chinoiserie à laquelle cette production sacrifia. Lire la suite

Appel à contribution : « Mobility and Dislocation in the Early Modern World » (New Orleans)

Call for Papers

Sixteenth Century Society Annual Conference

New Orleans, October 16 – 19, 2014

 

Deadline: Mar 3, 2014

Session: « Have Art, Will Travel: Mobility and Dislocation in the Early Modern World »

In recent years, a global turn in art history has dissembled the cartographic boundaries that formerly defined the field, opening the discipline to a more nuanced understanding of transregional exchange. As such, this methodological approach has moved us toward a new “geography of art,” to borrow Thomas DaCosta Kaufmann’s term, and emphasizes the theme of mobility in what has become an increasingly globalized discourse of early modernism. Within this frame, ‘mobility’ often refers to the circulation of people, knowledge, and capital through social and spatial constructs. The term can, however, also be usefully applied to the movement of art across space and time. How might the travel of early modern artists, patrons, and objects disrupt our definitions of local styles, tastes, and habits of collecting? In what ways did objects accrue additional political or interpretative meaning as they became novel imports from other locales? This session aims to explore the ways in which the dislocation of objects from their original site of creation complicates our perception of what it means to view art in situ in the first place.  Papers might address case studies in which paintings, sculptures, illustrated books or treatises, etc., were transported and/or reinstalled, or instances in which ‘foreign’ artists or architects were employed as harbingers of a different regional style.

Please email (as MS Word attachments) an abstract of 250 words, a one-page CV, and contact information to erin.benay@case.edu by March 3rd, 2014