Appel à communications : « Civilisation(s) : Méditerranée et au-delà »

mucem

Appel à communications

Date limite : 15 octobre 2013

« Civilisation(s) : Méditerranée et au-delà »
Marseille, MUCEM, 26-28 juin 2014

Le colloque organisé par le (CFHA), le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MUCEM) et l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) sous l’égide du Comité international d’histoire de l’art (CIHA) part d’une interrogation commune aux historiens de l’art et aux anthropologues sur ce qui définit et constitue les civilisations, les rapports qu’elles entretiennent entre elles et la part qui revient aux oeuvres d’art et aux objets de civilisation(s) dans ce contenu et ces échanges.

Comment l’histoire de l’art et l’anthropologie traitent-elles, chacune dans son champ disciplinaire et/ou en échangeant outils théoriques et méthodes, de ces questions particulièrement cruciales en un moment de l’Histoire où alors que la globalisation met en exergue un discours de civilisation universelle, se raidissent pourtant les particularismes identitaires?

Que le colloque se tienne au MUCEM, le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, issu d’une reconversion du musée des Arts et traditions populaires fondé en 1937 par Georges-Henri Rivière et du Musée de l’Homme, incite à interroger la pluralité des civilisations, leur étude historique et anthropologique et leur présentation muséale à partir du cas de la Méditerranée. D’autant plus que les collègues historiens de l’art de la rive Sud de la Méditerranée et de l’Afrique rejoindront institutionnellement le CIHA à l’occasion du colloque de Marseille.

Cependant, les questions qui seront traitées dans le colloque débordent largement les limites du bassin méditerranéen. Seront pourtant privilégiées les propositions de communications qui entretiennent avec le cas méditerranéen des rapports d’analogie (mer intérieure, monde insulaire, ports comme villes-mondes, espace de civilisation comme lieu de rencontre de cultures, etc.) ou posent des points plus généraux de terminologie ou de méthodologie.

Quatre grandes séries de questions et d’objectifs peuvent être identifiés.
– Le premier objectif du colloque sera de réfléchir aux usages historiographiques du terme « civilisation » (par rapport notamment à celui de « culture »), tant en histoire de l’art (Jacob Burckhardt) qu’en anthropologie (Edward Tylor), en tenant en compte les déconstructions de la notion (Edward Saïd). Son instrumentalisation au cours de l’histoire en a rendu plus que discutable l’usage au singulier et en valeur absolue. Tout espace de civilisations est en effet l’enjeu de volontés conquérantes et de manifestations de puissance qui s’incarnent en autant d’images, de symboles et d’emblèmes où les cultures se donnent pour la civilisation. Si une démarche historique et comparatiste des civilisations (au pluriel) ou mieux des espaces de civilisations (comme la Méditerranée) est à l’évidence plus pertinente, quelles sont les théories et les méthodes qui en fondent les approches scientifiques?
– La deuxième série de questions portera sur les références identitaires aux civilisations dans l’histoire et dans le monde contemporain. Souvent détournées en crispations identitaires, en Méditerranée comme ailleurs, ces références n’en sont pas moins révélatrices de regards croisés ou, à tout le moins, de coexistences stimulantes. Un accent particulier sera mis sur les phénomènes d’éducation, de transmission et de constitution de récits nationaux d’histoire de l’art.
– En troisième lieu, on considérera l’espace méditerranéen comme espace de partage de civilisation(s). La dialectique qui anime un tel espace peut-elle être envisagée comme celle d’une « communauté de traducteurs »? On pourra s’intéresser aux traductions, interprétations, adaptations et autres appropriations de prototypes, de thèmes, de motifs tant dans le domaine des œuvres d’art que dans celui des « objets de civilisation ». On questionnera les modes et les lieux de l’échange, les grands passeurs et les zones de contact. Comment les paysages naturels et humanisés, l’architecture, l’urbanisme, les objets et le décor participent-ils d’imaginaires et de mythes entrecroisés dans la « longue durée »? Mais on réfléchira aussi aux limites d’un certain universalisme, aux marqueurs revendiqués et aux différends entre civilisations.
– Enfin, la tenue du colloque dans un musée, le MUCEM, qui se consacre à l’étude et à l’exposition des « civilisations » de l’Europe et de la Méditerranée, engage à mener une réflexion de fond sur les distinctions et les recoupements que l’on peut établir entre « œuvres d’art » d’une part et « objets de civilisation » qui n’ont pas d’intentionnalité esthétique d’autre part. Leur considération conjointe, dans un même espace muséographique, comme preuves substantielles des échanges entre les civilisations, semble devoir enrichir réciproquement les disciplines qui s’y confrontent.

Les propositions de communications seront envoyées au Comité de sélection dans une des 5 langues officielles du CIHA (allemand, anglais espagnol, français, italien) avec un court résumé en anglais (250 mots maximum) et un curriculum vitae résumé (150 mots maximum) avant le 15 octobre 2013.

Contact pour renseignements et envoi des propositions: civilisations2014@inha.fr

Appel à contributions : « New Approaches to Collecting »

CFP for the annual Association of Art Historians conference, at the Royal College of Art, London, April 10-12, 2014

Deadline: Nov 11, 2013

New Approaches to Collecting (1400-1600)

Session Convenor: Leah Clark

This panel seeks submissions that address new approaches to collecting in the early modern world. Scholars have long been attentive to the emergence of the studiolo in the Italian Renaissance and its relationship to humanism and the revival of classical culture, pursuing connections between art, antiquity, politics, knowledge, and power. Traditional approaches to collecting have tended to concentrate on collectors’ tastes within larger patronage studies, analysing inventories as lists of static objects, or by examining the iconographic programmes of studioli. Recent interests in materiality, the domestic interior, and anthropological considerations of the social life of things, however, have broadened possibilities in approaches to collecting. This panel seeks submissions that consider collecting from a new standpoint, and encourages theoretically engaged papers that examine the movement of collectibles across geographical boundaries, locate collecting within larger cross-cultural exchanges of circulation and consumption, contribute to or respond to exchange theory, and/or consider the shifting and unstable meanings of objects as they changed hands across time and space. The panel aims to open up new approaches to collecting by complicating assumptions about the relationship between gifts, collecting practices, commodity exchange, and the circulation of goods.

Possible questions include: In what ways did the collection, replication, and imitation of new styles, objects, and materials play a role in disseminating knowledge and narratives? How did the exchange of collectibles function as initiators of associations? How did the notion of collecting change over time and did the categories of objects collected inform this process of transformation?

For more information on the conference and details on how to submit an abstract, please see the AAH website: http://www.aah.org.uk/annual-conference/2014-conference

Please submit abstracts for consideration to Dr Leah Clark (The Open University): leah.clark@mail.mcgill.ca by November 11, 2013.

 

 

Exposition : « Lacas Namban. Huellas de Japón en España » (Madrid)

Madrid, Museo Nacional de Artes Decorativas

13 junio-29 septiembre 2013

Namban_log_w

La presente exposición, organizada por la Subdirección General de Promoción de las Bellas Artes del Ministerio de Educación, Cultura y Deporte y la Fundación Japón, en el Museo Nacional de Artes Decorativas, se celebra para conmemorar el cuarto centenario de la Embajada Keichô, reviviendo uno de los acontecimientos más singulares del reinado de Felipe III, el viaje del samurai Hasekura Tsunenaga a España. Lire la suite

Appel à communications : « Constructions of the Exotic in Europe and North America, 18th-21st centuries »

Appel à contributions

Deadline: Dec 15, 2013

Constructions of the Exotic in Europe and North America,
18th-21st Centuries

Material Culture Review solicits articles for a special issue on the theme of constructing the exotic. We are looking for articles that examine the question of how a person, an object or a work of art comes to be seen as exotic. How is « foreignness » constructed? How is one culture appropriated and domesticated by another?

The goal here is not to show the constructed nature of the concept of the exotic. Rather, papers should emphasize the processes by which something is made exotic, including the stories that surround an object, the ways in which an object is exhibited, and how the representation of
an object affects whether or not it is perceived as foreign. We invite papers that examine exoticization and domestication in relation to territory and place, agency and identity – papers that examine not only what is exoticized but also who does the exoticizing and how they do it.
We are particularly interested in analyses of the exotic in Europe and North America that are grounded in social and political contexts.

Proposed Research Topics :

1. Representation
The first topic has to do with representations that blur the border between documentation and fiction, realism and exoticism. How do certain items construct certain identities? For example, how do Indian clothing, Chinese dishes and tobacco accessories contribute to the identity of
those who wear or use them? How are these objects used in the art world, in the theatre, or in people’s homes? How do 18th-century engravings used to illustrate stories of voyages, as well as more « scientific » representations (photographs, museums, etc.) produced at the beginning
of the 19th century, construct the exotic? Papers on this topic will look at what actually makes something appear exotic, what increases or decreases the « foreign » quality in the eyes of the maker and consumer.

2. Display
The second topic pays attention to the material culture, words and gestures surrounding objects – to displays that make them look exotic or – on the contrary – domestic. Here, it is important to examine how the objects are displayed in their place of purchase, in people’s homes and
in museums. How are they exhibited? What physical context (furniture, frames, light) is used to present them? What words are used to describe them? Do these things qualify the objects as exotic or, rather, do they underemphasize their « foreign » quality?

3. Materiality
Once the things are acquired, how are they repaired, reformed or recomposed? What kind of material transformations do these imported, re-territorialized objects undergo? It may be through a process of hybridization with other artifacts. Exoticization can also happen through a process of integration: a fragment inserted into a piece of furniture can alter the entire object. However, exoticism is reinforced, for example, in the bronze or silver rings on an Asian vase. We
encourage papers that study the process of fragmentation, extension, and the use of specific materials (precious and tropical wood, stone, metal, etc.) in the creation of « exotic » objects.

Articles should be 20-30 double-spaced pages, including endnotes. In addition, we encourage the submission of:
– research reports (10-20 pages, including endnotes);
– exhibition reviews (10-15 pages, including endnotes);
– research notes (5-10 pages);
– book reviews (notes and comments less than 5 pages) on this theme.

Articles are expected in English or French

Please submit manuscripts by December 15, 2013 to : Noémie Etienne at ne477@nyu.edu

Peut-on se passer de la notion d’identité ? Une réponse à Carlo Ginzburg

« Peut-on se passer de la notion d’identité ? Une réponse à Carlo Ginzburg »

Journée d’études organisée le 24 octobre 2013

9h-17h, MSHA, Salle Jean Borde Esplanade des Antilles, 33600 Pessac

Depuis quelques dizaines d’années, la notion d’identité fait partie de notre quotidien. Dans le débat scientifique elle s’est imposée comme un instrument commode et largement partagé, aux contenus rarement définis. Dans le sens commun, l’identité est porteuse d’une autorité intellectuelle qui justifie son emploi souvent irréfléchi dans le langage courant. Au cœur des dynamiques politiques, communautaires et de genre, ce concept apparemment anodin est pourtant l’élément déclencheur de nouvelles formes d’agrégation et de conflit. Cette journée d’étude se propose de soumettre cette notion et les raisons de son succès relatif à l’épreuve de plusieurs regards disciplinaires : l’identité garde-t-elle encore une valeur scientifique et opératoire pour l’historien, le juriste, le philosophe, le littéraire ? Quelle est la part de la demande sociale et politique multiforme à laquelle sont confrontés les chercheurs ? Quelle est et quelle peut être leur distance à cette catégorie et à ces demandes ? Cette journée se déroule en la présence de Carlo Ginzburg, docteur honoris causa en 2012 de l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3. Historien de la première phase de la modernité, Carlo Ginzburg a consacré une partie de sa recherche à mettre en lumière le caractère extraordinairement complexe, fluide et ineffable des identités individuelles. Sa réflexion épistémologique sur l’ « estrangement » et la défamiliarisation (A distance. Neuf essais sur le point de vue en histoire, Gallimard, 2001) interroge la notion d’identité s’opposant fermement à toute forme de fixité disciplinaire.

Table ronde

9h30 – « L’antagonisme, père des identités »
, Dardo Scavino (Université de Versailles-Saint-Quentin- en-Yvelines)

10h00 – « Le nom de la langue française : identité ou identification ? »
, Hélène Merlin (Université de la Sorbonne Nouvelle- Paris 3)

10h30 – Pause

10h45 – « L’identité dans l’optique de Montaigne. Le cas de Martin Guerre »
, Sylvia Giocanti (Université Toulouse 2, Le Mirail)

11h15 – « Pourquoi parle-t-on aujourd’hui d’identité de l’État »
, Marie-Claire Ponthoreau (Université Montesquieu, Bordeaux 4)

14h00 – « Identités et représentation : quelques questions à l’estrangement dans les discours sur le passé »
, Brice Chamouleau (Université Michel de Montaigne Bordeaux 3 – Casa Velasquez)

14h30 – « Les objets-frontières : une dissolution de l’identité ? »
, Sabine du Crest (Université Michel de Montaigne Bordeaux 3)

 

Discutants : François Godicheau, Guillaume Le Blanc, Fabienne Brugère, Isabelle Poulin, Sandro Landi, Christophe Pébarthe, Jean-Paul Engelibert, Florence Buttay, Eric Marquer, Marion Bourbon, Véronique Beghain…

 

Avec le soutien du Conseil Régional d’Aquitaine

 

Exposition : « Made in Oceania : Tapa. Art et paysages sociétaux » (Cologne)

Cologne, Rautenstrauch-Joest-Museum

Du 
12 octobre 2013 au 27 avril 2014

Bildreihe 4

Largement méconnu en Europe, le « Tapa » est l’expression première des identités culturelles présentes au cœur de l’immensité du Pacifique. Ce tissu, unique en son genre, fabriqué à partir d’écorces d’arbres, fait le lien entre des habits à Hawaii, des masques rituels en Papouasie-Nouvelle-Guinée, des cadeaux de mariage à Samoa, des cloisons de maisons aux îles Fidji, ou le ‘tapis rouge’ des cérémonies de couronnement au Tonga. Lire la suite

Exposition : « Sur la route des Indes » (Châlons-en-Champagne)

Châlons-en-Champagne, musée des Beaux-Arts et archéologie de Châlons-en-Champagne

Du 21 septembre 2013 au 28 février 2014

statue01

Sur la route des Indes. Un ingénieur français dans le Tamil Nadu

Exposition réalisée avec la collaboration exceptionnelle du musée du Quai Branly et avec la collaboration scientifique du musée Guimet. Un cycle de conférences accompagne l’exposition : Lire la suite

Exposition « Indochine. Des territoires et des hommes, 1856-1956 » (Paris)

Paris, musée de l’Armée

Du 16 octobre 2013 au 26 janvier 2014

MA_expo_Indochine_caroussel10

Le musée de l’Armée présente pour la première fois une exposition temporaire explorant 100 ans de présence militaire française en Indochine, de la conquête à la décolonisation, en croisant les histoires de la France, du Cambodge, du Laos et du Vietnam. Plus de 300 pièces à découvrir au fil d’un parcours chronologique, thématique et pédagogique pour tous les publics pour comprendre cette histoire coloniale riche et complexe. Lire la suite