COLLOQUE : CHAM International Conference «Knowledge Transfer and Cultural Exchanges» – 15-18/07/2015

LIEU : FCSH/NOVA – Lisbonne (Portugal)

DATES : 15-18/07/2015

Keynote speakers

Giovanni Levi (Università Ca’Foscari – Italy), Violence and resistance in cultural transmission

Philip Rothwell (Oxford University – UK), Cultural exchanges in the aftermath of Empire: re-readings and re-writings in the Portuguese-speaking world

Pour plus d’informations, cliquez sur ce lien :http://www.nomadit.co.uk/cham/cham2015/index.shtml

 

COLLOQUE : Art and Science in the Early Modern Low Countries (Amsterdam, 17-18 Sep 15)

Rijksmuseum / Trippenhuis, Amsterdam, NL, September 17 – 18, 2015
Registration deadline: Sep 14, 2015

On September 17 and 18, 2015, Amsterdam is to host the conference ‘Art
and Science in the Early Modern Low Countries (ca 1560-1730)’,
organized by the Rijksmuseum and the Huygens Institute for the History
of the Netherlands.

Prior to the eighteenth century, ‘art’ and ‘science’ were often
considered complementary, rather than opposite, expressions of human
culture. They enlightened one another: through comparable curiosity,
knowledge and observation of the world, but also in their resulting
products: paintings, prints, books, maps, anatomical preservations,
life casts, and many others. Scholars, craftsmen and artists often
engaged in observing and representing nature, in close cooperation.

During the sixteenth and seventeenth century, it was the Low Countries
that emerged as a center of artistic and scientific innovation and
creativity, and as central points in the exchange of goods, knowledge
and skill. It is certainly no coincidence that the outburst of artistic
productivity in the Netherlands, both the South and the North,
coincided with the ‘Scientific Revolution’.

The conference ‘Art and Science in the Early Modern Low Countries’
wants to contribute to the dialogue between experts in the history of
art, historians of science, and all those interested in the visual and
material culture of the sixteenth and seventeenth-century Netherlands.
The conference focuses on historical objects, images, works or art or
texts that represent the combination of art and science, and looks at
their origin and intended audience. Sessions are, amongst others,
devoted to the culture of collecting; modes of representing living
nature; the influence of new optical devices on the arts; and the
impact of travels abroad on representations of the world.

Although the emphasis of the conference will be on the Low Countries,
both the South and the North, several contributions also include
developments elsewhere in Europe. This way, it hopes to offer a broad
overview of the way in which art and science came together in the early
modern Low Countries.

Keynote Speakers:
– Pamela H. Smith, Columbia University, New York
– Alexander Marr, University of Cambridge

Organizing committee:
Eric Jorink and Ilja Nieuwland (Huygens Institute for the History of
the Netherlands, The Hague), Jan de Hond, Gregor Weber, Gijs van der
Ham and Pieter Roelofs (Rijksmuseum, Amsterdam)

Scientific committee:
Joanna Woodall (The Courtauld Institute of Art, London), Karin Leonhard
(Universität Konstanz), Tim Huisman (Museum Boerhaave Leiden)

Venues:
The first day of the conference (September 17) takes place in the
Rijksmuseum, the second day (September 18) in the Trippenhuis (Seat of
the Royal Netherlands Academy of Arts and Sciences), both in Amsterdam.

PROGRAM

Day 1
17 September, Auditorium Rijksmuseum

9.00-9.30
Registration and coffee

9.30-9.40
Opening by Taco Dibbits (Director of collections, Rijksmuseum Amsterdam)

9.40-10.00
Eric Jorink (Huygens Institute for the History of the Netherlands, The
Hague)
Introduction. Art and Science in the Early Modern Low Countries

10.00-10.45
Key-note lecture
Pamela H. Smith (Columbia University, New York)
t.b.a.

10.45-11.00 Coffee

11.00-12.15
Session I: Representing Nature in New Media

Marisa Anne Bass (Harvard University)
Portentous Nature: Frogs, Fossils, and Divine Disasters in
Mid-Sixteenth-Century Antwerp

Marrigje Rikken (Leiden University)
Exotic Animals in Flemish Art. Representing New Species in a New Medium
around 1600

Tonny Beentjes, Arie Pappot and Lisa Wiersma (Rijksmuseum / University
Amsterdam)
« Blommen ende Beestjens af te gieten »: Life-casting in the Netherlands

12.15-12.25
Intermezzo I: Life-casting experiments Rijksmuseum

12.25-14.00 Lunch, and opportunity to visit highlighted objects
Rijksmuseum.

14.00-15.15
Session II: Collecting and Communities of Discourse

Nadia Baadj (Bern University)
The Cabinetization of Art and Science in the Early Modern Low Countries

Paul van Duin (Rijksmuseum Amsterdam)
A unique Matera Medica Cabinet with a Miniature Apothecary

Bert van der Roemer (University of Amsterdam)
Dutch Collectors and the Metaphor of Nature as an Embroidery

15.15-15.35
Intermezzo II: Ways of Seeing, Ways of Knowing
(a.o. Presentation microscope and camera obscura by Museum Boerhaave
Leiden)

15.35-16.00 Tea

16.00-17.15
Session III: The Body and the Eye

Daniel Margócsy (University of New York)
t.b.a.

Huib J. Zuidervaart (Huygens Institute for the History of the
Netherlands, The Hague)
Mathematical and Optical knowledge in mid-17th century Delft

Katrien Vanagt (Huygens Institute for the History of the Netherlands,
The Hague)
Vopiscus Fortunatus Plempius and the Working of the Eye
Followed by the movie ‘In Waking Hours’

17.15-18.00 Drinks

Day 2
18 September, Trippenhuis (Seat Royal Dutch Academy of Arts and
Sciences)

9.30-9.40
Welcome; opening

9.40-10.55
Session IV: Representing Anatomy (of animals and humans)

Lisa Bourla (University of Pennsylvania)
Art, Anatomy, and Pedagogy between Flanders and Florence c. 1600

Gaëtane Maes (Université de Lille)
Between Nature, Anatomy and Art: Crispijn de Passe’s Methods to draw
Animals

Steven Nadler (University of Wisconsin-Madison)
Picturing Descartes’s Man: The Illustrations of the Traité de l’homme,
1662 and 1664

10.55-11.15 Coffee

11.15-12.00
Key-note:
Alexander Marr (University of Cambridge)
Early Modern Epistemic Images

12.00-13.00 Lunch, poster-presentations

13.00-14.15
Session V: The Small World

Floriana Giallombardo (Univerity of Palermo)
Paolo Boccone’s Recherches et observations naturelles (Amsterdam,
1674). European Curiosity, Microscopic Anatomy and the Enigma of
Figured Stones

Ann-Sophie Lehmann, Jeroen Stumpel, (University of Groningen /
University of Utrecht)
Oil and Observation. Vision and Science in Willem Beurs’ Treatise on
Oil Painting, De groote waereld in ‘t kleen geschildert

Kay Etheridge (Gettysburg College)
Maria Sibylla Merian: Envisioning the Natural World

14.15-14.35
Intermezzo III (10-minute presentations)

14.35-15.00 Tea, poster-presentations

15.00-16.15
Session VI: The World at Large: Exploring Oversea

Claudia Swan (Northwestern University, Chicago)
« Al hetwelcke my een groote verwonderinge was »: Birds of Paradise in
Dutch art, science, and trade

Thijs Weststeijn (University of Amsterdam)
The Chinese Challenge: East Asia in Nicolaas Witsen’s Collection

Esther Helena Arens (University of Cologne)
Between the Exact and the Economic: Material and Illustration in
Rumphius’ Rariteitkamer and Kruid-boek, 1670s to 1740s

16.15-16.35
Intermezzo IV (10-minute presentations)

16.35-17.00
Discussion and concluding remarks

17.00-18.00 Drinks; poster-presentations

For a tentative program please consult:
https://www.rijksmuseum.nl/nl/art-and-science

Admission and registration:
€ 95 (both days); Students: € 45.
Register at: https://www.rijksmuseum.nl/nl/art-and-science

For more information:
Ilja Nieuwland, ilja.nieuwland@huygens.knaw.nl

Lecture Series on Textile Arts and Textility (Berlin, 28 May-15 Jul 15)

Berlin, Museum of Islamic Art and Humboldt-Universität zu Berlin,
28.05. – 15.07.2015

Networks: Textile Arts and Textility in a Transcultural Perspective

May 28, 2015, 18:00 | Matthew Canepa, University of Minnesota
The Late Antique Kosmos: Textiles and the Transformation of Late
Antique Visual and Political Cultures of Power
Museum of Islamic Art, Mshatta-Hall, Am Kupfergraben 5 in 10117 Berlin

June 22, 2015, 18:00 | Marie-Louise Nosch, Centre for Textile Research,
Copenhagen
Kleidergeschichten in der Späten Bronzezeit in der Ägäis und in
Nordeuropa
Humboldt-Universität zu Berlin, HS 3075, Unter den Linden 6 in 10099
Berlin

July 7, 2015, 20:00 | Cécile Fromont, University of Chicago
Foreign Cloth, Local Habits: Textiles and the Art of Conversion in the
Early Modern Kingdom of Kongo
Humboldt-Universität zu Berlin, HS 3075, Unter den Linden 6 in 10099
Berlin

July 15, 2015, 20:00 | Markus Ritter, University of Vienna
Kontext und Transfer in Westasien und Europa: Das Textil für Sultan Abu
Said von Iran und Gold-Seide-Stoffe mit arabischer Schrift im
Spätmittelalter
Humboldt-Universität zu Berlin, HS 3075, Unter den Linden 6 in 10099
Berlin

About Networks:

“Networks: Textile Arts and Textility in a Transcultural Perspective
(4th to 17th cent.)” is a research project directed by Prof. Dr.
Gerhard Wolf and based at the Institute of Art History and Visual
Studies at Humboldt-Universität zu Berlin. Funded by the German
Research Foundation (DFG), its aim is to study the migration of
textiles throughout the globe, including raw materials, techniques and
patterns, as well as the representation of textiles in other media, in
territories including Asia, the Mediterranean, and Scandinavia from
Late Antiquity to the early modern period.

Within art history, textiles have traditionally held a marginal
position. The Networks project aims to give textiles the role in art
history that they deserve, especially in a moment when the field opens
to a global horizon. The project focuses on textiles themselves and
seeks to reconstruct their role as agents of cultural interaction: a
medium of easy transportability and high estimation in most societies,
textiles were a privileged field for the elaboration of cross-cultural
artistic languages. By encouraging a more intense dialogue among
various sub-disciplines of art history the project promotes new ways of
looking at textiles that connect these fields.

The Networks project studies the aesthetics of textiles with regards to
their materiality, surface structure, their ornaments and figurations,
including notions of framing, fragmentation and seriality, as well as
their performativity or motility. It concentrates on the intertwining
of aesthetics with systems of knowledge and the religious, political or
domestic functions of textiles as they wrapped bodies and articulated
spaces. Networks investigates the multi-faceted ‘biographies’ of
textile artifacts and the mythologies, historical discourses and
narratives of textiles throughout the centuries. Finally, networks
activates the concept of “textility,” exploring textile media as a
model for texts or a metaphor for “matter” or “world”, and for
“texture”, relating textiles to layout and multiple ways of interlacing
that occur, for example, in urbanism.

The Networks Lecture Series is organized by Vera-Simone Schulz and
Gerhard Wolf. It will be continued in autumn 2015.

All lectures are open to the public. For more information, click:

http://www.kunstgeschichte.hu-berlin.de/forschung/laufende-forschungsprojekte/networks-textile-arts-textility-transcultural-perspective-4th-17th-cent/

Discussion autour du livre : Frontières de sable, frontières de papier. Histoire de territoires et de frontières, du jihad de Sokoto à la colonisation française du Niger, XIXe-XXe siècles

LE MERCREDI 3 JUIN 2015, DE 14H À 16H

EHESS
96 BOULEVARD RASPAIL, 75005 PARIS
SALLE DE RÉUNION DE L’IISMM, 1ER ÉTAGE

L’institut des mondes africains vous invite à une séance de discussion autour du livre de Camille Lefebvre (CNRS, IMAF)
Avec la participation de :

– Barbara Cooper, Rutgers University (New Jersey) et Institut des Études avancées (Marriage in Maradi : Gender and Culture in a Hausa Society in Niger, Heinemann 1997 et Evangelical Christians in the Muslim Sahel, Indiana 2005)

– Isabelle Surun, université de Lille III et Institut des Études avancées (Géographies de l’exploration. La carte, le terrain et le texte. Afrique occidentale, 1780-1880, Th. 2003 et dir. Les sociétés coloniales à l’âge des Empires, Atlande, 2012).

– Romain Bertrand, CERI-Sciences Po (L’Histoire à parts égales. Récits d’une rencontre Orient-Occident. XVIe-XVIIe siècles, Le Seuil, 2011, prix des Rendez-vous de l’histoire de Blois 2012).

Coordination : Jean Schmitz (IRD, IMAF)

Les frontières africaines sont-elles les cicatrices de la violence des impérialismes étrangers en Afrique ? Ce lieu commun du partage de l’Afrique par les puissances coloniales a la vie dure. Mais, en cherchant à dénoncer l’arbitraire colonial, il fait des populations africaines des spectateurs passifs de leur propre histoire. Aux antipodes de cette analyse, cet ouvrage propose pour la première fois une histoire longue de la constitution des frontières d’un État africain – le Niger – englobant dans un même regard un siècle d’histoire antérieure à la colonisation et soixante ans de domination coloniale. Cet ouvrage raconte une histoire paradoxale, celle d’une poignée de militaires coloniaux, qui au début du XXe siècle instituent dans les plus grandes difficultés un gouvernement précaire qui s’appuie très largement sur les organisations politiques et territoriales locales et qui, ce faisant, contribuent à amoindrir leur importance. Le paradoxe est redoublé car ces frontières ayant été marquées par les dynamiques historiques internes du Soudan central au XIXe siècle, elles procèdent tout autant de l’immense califat de Sokoto issu du jihad d’Ousman dan Fodio (Nigeria actuel et au delà) au début du même siècle. On est loin du cliché d’Européens maîtres du jeu imposant sans considération le partage du monde.

 

 

Conférence : Art espagnol + art indigène = art créole : Wölfflin et la modernité en Amérique Latine

LIEU : Galerie Colbert, Salle Giorgio Vasari, Institut national d’histoire de l’art, Entrée libre, Accès : 2, rue Vivienne 75002 Paris

DATE :19 mai 2015 – 18h-20h

Art espagnol + art indigène = art créole : Wölfflin et la modernité en Amérique Latine, conférence de Tristan Weddigen (université de Zürich), invité par la revue Perspective : actualité en histoire de l’art dans le cadre de la préparation du numéro Textiles

La constitution d’un discours moderne en Amérique Latine au début du XXe siècle se manifeste souvent comme un processus intellectuel et esthétique de renaissance nationaliste, de libération indigéniste, d’appropriation anthropophagique et de métissage. La conquête régionaliste de théories modernistes européennes ne peut être comprise que par une analyse de la migration transatlantique des textes et des idées. Parmi les auteurs les plus cités par l’avant-garde sud-américaine figure Heinrich Wölfflin, fondateur d’une histoire psychologique du style qui semblait offrir un modèle scientifique pour la construction d’une histoire de l’art autochtone. Dans ce contexte, l’architecte et théoricien de l’art argentin Ángel Guido se révèle comme le transmetteur et transformateur le plus prolifique de la pensée de Wölfflin en Amérique du Sud, qui parvient à métisser l’art précolombien et l’art colonial baroque afin d’établir une esthétique moderne idiosyncratique. L’étude des écrits de Guido nous permet de reconstruire les débuts de la formation du modernisme latino-américain.

Colloque : Starting Workshop CHAM – Projecto Estratégico 2015-2020

De 12-05-2015 a 13-05-2015

FCSH/NOVA – Torre B, Auditório 1
Iniciativa exclusiva para Investigadores do CHAM.

Programa

Dia 12, Terça-feira

10h00 – Sessão de Abertura

11h00-12h30 –  1ª Sessão de Trabalhos. Apresentação dos Grupos de Investigação:
– Cultura, história e pensamento ibéricos e ibero-americanos
– Configurações Políticas e Institucionais

Pausa para almoço

14h30-16h00 – 2ª Sessão de Trabalhos. Apresentação dos Grupos de Investigação:

– Cultura e Literatura – contextos globais e locais
– Leitura e formas de escrita

Coffee-break

16h30-18h00 – 3ª Sessão de Trabalhos. Apresentação dos Grupos de Investigação:
– As Artes e a Expansão Portuguesa
– Economias, agentes e culturas mercantis

Dia 13, Quarta-feira

10h00-12h30 – 4ª Sessão de Trabalhos. Apresentação dos Grupos de Investigação:
– Pensamento Moderno e Contemporâneo
– Arqueologia Moderna e da Expansão Portuguesa
– A Antiguidade e a sua Recepção

Pausa para almoço

14h00-16h30 – 5ª Sessão de Trabalhos. Apresentação das Linhas Temáticas:
– A Europa do Renascimento, os Velhos e os Novos Mundos
– Cidades Globais
– O Mar
– Património e Memória
– Teoria e Metodologia

17h00 – Conclusão dos Trabalhos. Contributos dos membros do CEPAC

Organização

– CHAM / FCSH/NOVA UAc
Pour plus d’informations : http://www.cham.fcsh.unl.pt/

Colloque : FRANCIS AFFERGAN – PENSER L’EXOTISME, L’ALTÉRITÉ ET LA PLURALITÉ DES MONDES

Nous vous invitons à prendre connaissance du programme de ce colloque qui aura lieu les 11 et 12 mai 2015 en cliquant sur le lien ci-dessous :

http://www.quaibranly.fr/fr/programmation/manifestations-scientifiques/colloques-et-symposiums/francis-affergan-penser-lexotisme-lalterite-et-la-pluralite-des-mondes.html

Colloque “Autour du Louvre Abu Dhabi : pour une histoire globale de l’art ?” – Compte rendu

Nous vous invitons à prendre connaissance du compte-rendu du colloque « Autour du Louvre Abu Dhabi : pour une histoire globale de l’art ? » rédigé par Madame Virginia Cassola, publié initialement le 19 juin 2014 sur son carnet de recherches à l’adresse suivante http://oma.hypotheses.org/61. Bonne lecture !

***

Hier s’est tenu le colloque « Autour du Louvre Abu Dhabi : pour une histoire globale de l’art ? » à l’auditorium du musée du Louvre. Cette journée, qui fait suite à un colloque qui avait eu lieu en 2011, était organisée en marge de l’exposition temporaire Naissance d’un musée qui présente les 150 premières œuvres de la collection permanente du musée Louvre Abu Dhabi

Divisé en deux temps (Le Louvre Abu Dhabi à l’heure de la globalisation culturelle / Dépaysement de la pensée et mises en regard des œuvres), le colloque a su répondre aux questions régulièrement posées sur le projet (rôles de l’Agence France Museum, regard sur les collections, implantions du musée dans société, etc.) depuis le 6 mars 2007, date de la signature de l’accord « Louvre Abou Dabi » de coopération culturelle entre les Emirats arabes unis et le France, qui prévoit l’ouverture d’un « d’un musée destiné à favoriser le dialogue des cultures entre l’Orient et l’Occident, qui présentera des œuvres majeures dans tous les domaines de l’histoire de l’art […] ». Bien plus, le contenu et le discours d’une des quatre galeries qui composeront le musée ont été présentés, satisfaisant ainsi la curiosité des potentiels visiteurs. Pour rappel, le musée devrait ouvrir ses portes en 2015.

Bien plus, ce colloque a voulu interroger les notions de musée universel, histoire globale, histoire connectée, tandis que les communications ont permis à l’auditoire de mieux cerner les objectifs et enjeux du musée Louvre Abu Dhabi : décloisonner l’histoire de l’art en mettant en regard des œuvres d’art produites simultanément dans plusieurs régions du monde, en exposant les résultats artistiques d’échanges et de contacts entre les sociétés. Il ne s’agit plus de présenter des œuvres d’art par départements – tels au musée du Louvre le Département des antiquités orientales, le Département des peintures, etc. – mais par une trame chronologique qui relie les civilisations entre elles.

Voici en quelques lignes et mots-clés, les principaux moments de ce colloque très riche.

Ouverture : Jean-Luc Martinez, président-directeur du musée du Louvre

Pour J.-L. Martinez, cette journée a pour objectif principal de convier les problématiques de l’histoire monde, de l’histoire connectée appliquée à l’histoire de l’art et à l’histoire des musées

Il rappelle que le Louvre Abu Dhabi sera le premier musée universel du XXIe siècle, d’autant plus implanté dans une région spécifique au carrefour de l’Europe et de l’Asie qui amène à changer les perspectives et à relever de nouveaux défis : diversification publics et décloisonnement colletions déjà entamés au Louvre Lens.

J.-L. Martinez mentionne quelques collections publiques françaises qui font partie de l’Agence France Museums et qui prêteront des œuvres afin de compléter la collection du Louvre Abu Dhabi: musée du Louvre, BNF, Centre Pompidou, musée d’Orsay, musée du quai Branly, musée national des arts asiatiques – Guimet, musée du Moyen Age-Cluny, musée Rodin, musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye, Sèvres, Cité de la céramique, Château de Fontainebleau, Château de Versailles, musée des Arts Décoratifs. Il rappelle que ces prêts sont des enjeux de taille mais très ambitieux puisqu’ils sont une opportunité unique de reformer des collections et de dépasser périmètres actuels.

Conférence inaugurale : Universalité et écart culturel – François Julien, philosophe, sinologue, helléniste, Paris

Le philosophe François Julien a été invité à débuter la journée par une redéfinition de notions et concepts largement utilisés pour définir le projet du Louvre Abu Dhabi, mais bien souvent mal compris.

Pour lui, l’universel a un sens faible de généralité et de constat, et un sens fort sur lequel la pensée européenne s’est constituée, celui d’une nécessité a priori d’avant toute expérience : c’est un concept de la raison.

Mais c’est un terme ambigu aujourd’hui, composite, chaotique, qu’il faut distinguer de l’uniforme, qui est un concept de la production. Aujourd’hui la mondialisation et l’uniformisation de tout ce qui nous entoure, pousse à considérer des choses universelles (légitimité de principe) alors qu’elles ne sont qu’uniformes.

Concernant la diversité des cultures, souvent comprise comme un ensemble de différences, il préfère employer le terme d’écart : le terme différence indique une distinction, tandis que le terme écart indique une distance. Par l’écart, les cultures subissent un processus de mise en regard dont les conséquences sont un dialogue des cultures, et non un syncrétisme ou la recherche d’un dénominateur commun.

En tant que philosophe travaillant sur deux philosophies distantes, celle de l’Europe et celle de la Chine, il attend alors du Louvre Abu Dhabi un processus de vis-à-vis, de dévisagement et d’auto-réflexion. Le musée doit se placer comme un sujet agile qui peut circuler entre la diversité pour y trouver son profit, mais aussi être un sujet alerte. Il ne souhaite pas de compromis, ni de tolérance car ce n’est pas très productif, mais plutôt de la compréhensionet donc le croisement de regards.

 

Thème 1 : Le Louvre Abu Dhabi à l’heure de la globalisation culturelle

Historique et actualité du projet – Khalid Abdhullah, représentant de TCA Abu Dhabi et Vincent Pomarède, musée du Louvre

Le Louvre Abu Dhabi, un processus spécifique : idée du musée – architecture – collections.

Louvre Abu Dhabi Crédits : louvre.fr

Louvre Abu Dhabi
Crédits : musée du Louvre

Architecture : dôme monumental inspiré par les techniques d’irrigation utilisées dans les cultures de dattes aux Emirats arabes unis, et de la lumière du soleil qui traverses les palmes de l’arbre.

Plan : musée pensé comme une petite ville : quatre halls d’exposition permanente, un hall d’exposition temporaire et un musée des enfants. Trame chronologique et non thématique.

Historique du projet :

2005, la France est choisie pour la conception muséographique du musée.

2007, signature de l’accord « Louvre Abou Dabi » à partir de ce qui existe déjà :

– Principe architectural de Jean Nouvel : Idée d’un musée-ville : pavillons et places;

– Idée de musée universel : musée national des BA devait être universel, présentant toutes les cultures ;

– Principe d’un musée très orienté vers l’éducatif, qui participerait du projet éducatif global du gouvernement d’Abu Dhabi.

Création de l’Agence France Museums, une parole et une administration uniques dans le but de fédérer les collections nationales françaises participant au projet et d’organiser les commissions d’acquisitions.

Objectifs de formation et de professionnalisation d’experts aux Emirats arabes unis.

2009, exposition de  19 pièces de la collection du Louvre Abu Dhabi + programme scientifique et culturel validé.

2013, exposition Birth of a museum : première exposition d’envergure qui présente 150 pièces de la collection et dont la muséographie de mise en regard des objets préfigure le futur musée + achèvement de la construction du dôme.

2014, l’exposition Naissance d’un musée ouvre ses portes au musée du Louvre à Paris.

Perspectives ouvertes par le décloisonnement des collections – Jean-François Charnier, directeur scientifique de l’Agence France Museums

J.-F. Charnier rappelle la grande difficulté à traiter visions élargies et interconnexions dans l’histoire du monde, ainsi que celle de la fragmentation du musée universel : idée que la continuité des collections et l’identification culturelle sont remises à penser : question de la focale et de l’analyse du chef-d’œuvre au sein de la société qui le produit et dans les connexions avec les mondes qui l’entoure. La solution serait le décloisonnements des collections.

Trois décloisonnements prévus dans le musée Louvre Abu Dhabi :

Décloisonnement 1 : circulation, réciprocités, hybridations

Ex : décor récurrent d’un motif textile sur une boite japonaise et un plateau iranien, qui rappelle les échanges opérées sur la route de la soie)

Boîte octogonale, Chine, dynastie Tang (618-907 apr. J.-C.), milieu du VIIIe siècle, Louvre Abu Dhabi

Boîte octogonale Crédits : fotoparis.livejournal

Boîte octogonale
Crédits : fotoparis.livejournal

… terrestres, routes maritimes

Ex : Céramiques du XVIe siècle d’Iznik (Turquie), des Yuan (Chine), d’Imari (Japon), de Venise (Italie)

…diffusion, transferts, réinterprétations

Ex : cheval monté et char  dans les artistocraties du 2e millénaire BC au Danemark (Char solaire 1300 BC), Mycènes (vase peint, 1600 BC), Cheval en bronze Shang (12e s BC), Ramses II Abou Simbel (2e millénaire BC)

Décloisonnement 2 : concomitances / convergences

Roi-prêtres et pharaons vers 2000 BC :

Gudea, prince de Lagash, Statue assise dédiée au dieu Ningishzida, Vers 2120 avant J.-C, Tello, ancienne Girsu, diorite, musée du Louvre

Gudea Crédits : Louvre.fr

Gudea
Crédits : musée du Louvre

Statue de Senwosret I, vers 1950 BC, 12e Dynastie, Egypte, Karnak, granodiorite, British Museum

Statue de Senwosret I Crédits : British Museum

Statue de Senwosret I
Crédits : British Museum

… divergences/convergences

Ex : le rapport à la lumière : lampe de mosquées, Buddha lumière important dans la diffusion du bouddhisme en Chine, théologie de la umière filtrant dans le vitrail…

Lampe au nom de l’émir Shaykhu, 1350 – 1355 , Tombeau de Shaykhu, cimetière Bab al-Wazir, Le Caire, Égypte ou Syrie, Verre soufflé, décor émaillé et doré, musée du Louvre

Lampe de mosquée Crédits : RMN (Musée du Louvre) / Hervé Lewandowski

Lampe de mosquée
Crédits : RMN/Louvre

Décloisonnement 3 : Universalités ?

Masques funéraires dorés : Egypte, Mycènes, Vikings, Amérique du sud…

Utilisation du jade comme symbole de statuts sociaux dans différentes sociétés néolithiques, universalité des symboles de fertilité au Néolithique (Japon, Amérique centrale, Proche Orient), abstraction et masculinisation de ces figures : début d’un processus concomitant et mondial…

 

Thème 2 : Dépaysement de la pensée et mises en regard des œuvres

Entre Paris et Patna : pour une histoire connectée – Sanjay Subrahmanyam, University of California, Los Angeles / Collège de France

A partir du sujet de la représentation visuelle de l’Inde en Occident à partir de 1500, et les collections d’art indien constituées en Europe (Italie, Pays-Bas) dès le XVIIe siècle, S. Subrahmanyam présente quelques concepts liés à la notion d’histoire connectée :

Régimes de circulation : aspect technologique (mer, terre), circonstances politiques, institutions. Toujours en évolution.

Symétrie vs Asymétrie : pas forcément des symétries de circulation. Quelques indiens en Europe au XVIIe siècle, ms bcp plus d’Européens en Asie + bcp plus d’écrits européens sur l’Asie que l’inverse

Commensurabilité et Traduction : commensurabilité produite dans un système qui n’est pas a priori.

Nombreuses collections de miniatures mogholes aux Pays-Bas qui démontrent une certaine curiosité, dont certaines sont copiées par Rembrandt et servent comme inspiration : par exemple, son Abraham recevant la visite des anges.

De plus, de nombreux Néerlandais se font peindre dans le style indien.

Arts asiatiques et arts de l’Islam : regards croisés, de la Chine vers le monde abbasside et vice et versa – Sophie Makariou, musée national des Arts asiatiques-Guimet et Souraya Noujaim, Agence France-Museums

S. Makariou et S. Noujaim propose une décentralisation du discours de l’Europe afin d’évoquer les influences préislamiques et islamiques en Extrême-Orient.

Parmi les quelques exemples présentés :

Verseuse à tête d’oiseau, 7e-8e siècle, Chine, terre cuite glaçurée, musée national des Arts asiatiques-Guimet : modèle d’un objet métallique venu de la route de la soie, transcription étonnante qui relève du collage

Verseuse à tête d'oiseau Crédits : RMN

Verseuse à tête d’oiseau
Crédits : RMN

Aiguière à tête de coq, vers 1200-1220, Iran, Kashan, céramique siliceuse, décor réticulé, peint sous glaçure,

Aiguière à tête de coq Crédits : RMN

Aiguière à tête de coq
Crédits : RMN/Louvre

Penser différemment la Renaissance : échanges et renouveaux à l’épreuve de la World History – Patrick Boucheron, université Paris I Panthéon-Sorbonne

La Global history est née aux Etats-Unis dans les années 1980, à partir de la question de la domination occidentale = question de ce qu’est le monde : un objet d’étude ou un cadre d’analyse ?

Patrick Boucheron indique qu’il faut plutôt parler d’histoire connectée, contre la global history totalisante, grand récit vague et mal documenté.

Nécessaire mise en regard d’objets distants qui entretiennent une étrange familiarité = recherche d’un effet de sens, d’un effet d’acculturation = apprendre qu’au fond les stés peuvent être distantes sans être ontologiquement différentes (la chine est loin mais n’est pas « un autre »).

Vers un monde global : présentation de la section « XVe siècle – XIXe siècle » du Louvre Abu Dhabi – Jérôme Delaplanche, Agence France-Museums

La troisième section du Louvre Abu Dhabi “début XVe – milieu XIXe”, pose la question de la périodisation des temps traditionnels et de sa pertinence dans une visée universaliste. Toutefois, une scansion,  un rythme sont nécessaires, néceissté qui doit s’allier à la contrainte du bâtiment.

La section est précédée d’une salle qui a la charge de présenter ce fameux tournant du XVe siècle dan l’histoire de la globalisation naissante : sciences, voyages et merveilles.

La section est divisée en trois temps, chaque temps évoquant une thématique transversale dans une chronologie, et son insertion dans une histoire globale. Insistance sur mise en regard, rapprochements audacieux au-delà des distances géographiques

*1er temps « le monde en perspective » = représentations du monde avec enjeu proprement occidental, celle du monde visible

=== définition d’un nouvel espace (perspective), donc d’un nouvel idéal (l’antique) et quête obsessionnelle de la nature (naturalisme)

Giovanni Bellini, Vierge à l’Enfant, vers 1480-1485, Italie, Venise, huile sur toile, Louvre Abu Dhabi

Vierge à l'Enfant Crédits : exponaute.com

Vierge à l’Enfant
Crédits : exponaute.com

*2e temps « le prince », moment historique important et global

Nombreux portraits et objets de cours.

*3e temps « Individu et histoire » : illustrer le rôle nouveau de l’individu, surtout XVIIIe début XIXe

Nombreux portraits privés, images d’intérieurs présentant la notion nouvelle de confort, d’art de vivre.

 

Si, comme l’a fait remarquer S. Subrahmanyam, le musée Louvre Abu Dhabi semble apparaître comme un musée utopique, il nous faut attendre l’automne 2015 pour nous en faire une idée.

Jeune Émir à l’étude Crédits : louvre.fr

Jeune Émir à l’étude
Crédits : musée du Louvre

 Osman Hamdi Bey, Jeune Émir à l’étude, 1878, Istanbul, huile sur toile, Louvre Abu Dhabi