Séminaire Exogenèses du 1er avril 2015. Intervention de Todd Porterfield, Professeur d’histoire de l’art à l’Université de Montréal

LIEU: Université Bordeaux 3 – Montaigne – Amphithéâtre de Max Maison de l’Archéologie.

DATE : 1er avril 2015 – 13h30-15h30

Actuellement chercheur invité à l’INHA, le professeur Todd Porterfield, spécialiste du concept de civilisations, interviendra dans le cadre du séminaire Exogenèses animé par Sabine du Crest à l’Université Bordeaux 3 – Montaigne

Todd Porterfield est professeur titulaire de la Chaire de recherche en histoire de l’art et mondialisation à l’Université de Montréal. Il estl’auteur de The Allure of Empire: Art in the Service of French Imperialism, 1798-1836 (Princeton University Press, 1998); co-auteur de Staging Empire: Napoleon, Ingres, and David (Penn State University Press, 2007); et directeur de The Efflorescence of Caricature, 1759-1838 (Ashgate, 2011). En 2015, il sera commissaire invité de l’exposition Love Bites: Caricatures by James Gillray au Musée Ashmolean de l’Université d’Oxford. Il a enseigné à l’Université Princeton et à Rice University. Il a été professeur-chercheur invité à l’INHA, à la Fulbright Foundation, au Sterling and Francine Clark Art Research Institute, à la Huntington Library, au Yale British Arts Center, à l’Université de Paris Ouest La Défense, au New College Oxford, à la New York University, à l’Université de Toronto, de même qu’à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Président du Réseau international pour la formation à la recherche en histoire de l’art depuis 2014, il a dirigé le Summer Research Academy au Getty Research Institute à Los Angeles en 2012.

Bibliographie
“Globalatinization, León Ferrari, and the Situated Art Historian,” pp. 160-175, in J. H. Cassid and A. D’Souza, eds., Art History in the Wake of the Global Turn. Series: Clark Studies in the Visual Arts. New Haven: Yale University Press, 2014.
“History Painting and the Intractable Question of Sovereignty,” « La question de la peinture d’histoire et l’insoluble question de la souveraineté, » pp. 85-93, 109-119 and plates, in M. Theriault, ed., Interpellations: Three Essays on Kent Monkman/Interpellations: trois essais sur Kent Monkman. Montreal: Université Concordia University, 2012.
“James Gillray, le mariage et le fonctionnement de la caricature,” pp. 192-209, in Ségolène Le Men, ed.,Caricature, bilan et recherches. Actes du colloque. Paris: Presses Universitaires de Paris Ouest, 2011.
The Efflorescence of Caricature 1759-1838. Editor. Aldershot (UK) and Brookfield (US): Ashgate Press, 2011.
Staging Empire: Napoleon, Ingres, and David. Coauthor,S.L. Siegfried. University Park (PA): Penn State University Press, 2007.
“David sans David: The Coronation (1805-1806),” pp. 39-53, in Mark Ledbury, ed., David after David. New Haven: Yale University Press, 2007.
“Les Baptêmes de Chassériau,” pp. 241-64, in S. Guégan and L.-A. Prat, eds., Chassériau (1819-1856). Un autre romantisme. Actes du colloque. Paris: La documentation Française, Musée du Louvre, 2002.
“The Obelisk on the Place de la Concorde: Post-revolutionary Politics and Egyptian Culture,” pp. 63-81, in W. Seipel, ed., Schriften des Kunsthistorischen Museums, Vol. 3: Ägyptomanie. Europäische Ägyptenimagination von der Antike bis heute. Milan: Skira, 2000.
“Resacralization through National History Painting: the Sacristy at Saint-Denis,” Word & Image, 16, 1 (January-March 2000): 31-44.
The Allure of Empire: Art in the Service of French Imperialism, 1798-1836, Princeton University Press, 1998.

Séminaire Exogenèses du 15 mai 2014 : « Créations plastiques, néo-privitivisme et objets-frontières d’aujourd’hui »

Par Brigitte Derlon et Monique Jeudy-Ballini

img_atelier04

Créations plastiques, néo-primitivisme et objets-frontières d’aujourd’hui

Certaines créations plastiques contemporaines européennes qui relèvent de la catégorie des objets-frontières en ce qu’elles intègrent des éléments naturels ou des objets manufacturés extra-européens, sont directement influencées par les formes ou les représentations du « primitif ». En nous appuyant sur les œuvres et les propos de quelques artistes, nous analyserons les sources de l’imaginaire occidental ainsi que le rapport entre soi et l’autre qui sous-tendent ces créations néo-primitivistes.

Séminaire Exogenèses du jeudi 15 mai 2014, 11h-13h. EHESS, salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris.

Séminaire Exogenèses du 3 avril 2014 : « L’installation comme objet-frontière : 2. Willem de Rooij »

Par Brigitte Derlon et Monique Jeudy-Ballini

 

PastedGraphic-1-1« L’installation comme objet-frontière : 2. Intolerance, Willem de Rooij, 2010″

En 2010, l’artiste hollandais Willem de Rooij a créé dans un musée berlinois une installation qui juxtapose, sur un immense mur blanc à deux faces, des peintures animalières hollandaises du 17ème siècle avec des objets cérémoniels hawaiiens en plume datant des 18ème et 19ème siècles. Les 29 pièces exposées, authentiques, ont été prêtées par de nombreux musées européens. Fait aussi partie de l’œuvre, selon l’artiste, le gros catalogue en trois volumes édité à l’occasion, qui a mobilisé les meilleurs spécialistes mondiaux de l’œuvre de Melchior d’Dondecoeter et des objets hawaiiens en plume. En nous appuyant sur les textes du catalogue et les entretiens publiés de l’artiste, nous essaierons de restituer les enjeux de cette installation-exposition.

Séminaire Exogenèses du jeudi 3 avril 2014, 11h-13h. EHESS, salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris.

 

 

Séminaire Exogenèses du 20 mars 2014 : « L’installation comme objet-frontière : 1. Kader Attia »

Par Brigitte Derlon et Monique Jeudy-Ballini

 

Kader AttiaL’installation comme objet-frontière : 1. Kader Attia (à propos de The Repair from Occident to Extra-Occidental Cultures, 2012)

Dans l’art contemporain du début du XXI° siècle, l’installation constitue un dispositif artistique majeur. Temporaire, conçue pour un espace spécifique et souvent caractérisée par l’hétérogénéité des mediums utilisés, elle subvertit la distinction classique en art entre l’œuvre, le lieu d’exposition et le public. Dans les cas particuliers, comme ceux qui nous intéressent, où elle intègre des objets extra-européens, elle devient à la fois espace-frontière et objet-frontière. C’est dans cette perspective que nous analyserons l’une des installations de l’artiste Kader Attia, The Repair from Occidental to Extra-Occidental Cultures (documenta, Cassel 2012), où la juxtaposition de masques africains et d’objets européens se veut une invitation à repenser les différences culturelles et l’histoire coloniale.

Séminaire Exogenèses du jeudi 20 mars 2014. EHESS, salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris.

Séminaire Exogenèses du 6 mars 2014 : « Objets-frontière vs espaces-frontière »

Par Sabine du Crest

013L’enquête portera sur ces deux pôles de la perception des objets extra-européens dans l’Europe moderne que sont le décoratif et le cognitif, autrement dit, l’esthétique et l’érudit. Alors que l’historiographie sépare généralement ces deux versants, on s’interrogera sur les liens qui, néanmoins, peuvent être établis entre eux.

Si les lieux de science accueillant les objets des antipodes furent des formes d‘espaces-frontière desquels les objets-frontière furent a priori exclus, l’analyse des objets extra-européens qui y fut menée conditionna la production de tels objets jusque dans les décors intérieurs et dans les arts dits décoratifs. Ces espaces-frontière d’un type particulier peuvent ainsi être envisagés comme des lieux de fabrique d’objets-frontière.

Séminaire Exogenèses du jeudi 20 février 2014. EHESS, salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris.

Séminaire Exogenèses du 20 février 2014 : « Paradoxes de l’authenticité : peut-on parler d’objets-frontières dans les pratiques artistiques occidentales du XIXe siècle ?”

Par Rémi Labrusse

Vue intérieure de l’Exposition d’art musulman (commissaire Georges Marye), Paris, Palais de l’industrie, 1893.

Vue intérieure de l’Exposition d’art musulman (commissaire Georges Marye), Paris, Palais de l’industrie, 1893.

“Paradoxes de l’authenticité : peut-on parler d’objets-frontières dans les pratiques artistiques occidentales du XIXe siècle ?”

Le XIXe siècle a passionnément rêvé d’authenticité retrouvée dans le passé et dans les lointains, grâce aux objets : à l’ère de l’histoire et des musées, à l’ère aussi des destructions culturelles massives dues à l’industrialisation et à la colonisation, le geste conservatoire s’est voulu de plus en plus rigoureux, y compris dans des contextes privés. Aux usages pratiques des objets exotiques, et donc aux opérations matérielles de transformation et de réappropriation, ont tendu à se substituer des exigences de contemplation esthétique et d’analyse scientifique. Les interventions concrètes ont de plus en plus visé à protéger l’objet dans sa prétendue authenticité, plutôt qu’à l’adapter à de nouveaux usages : cadres, montures, vitrines se sont multipliés comme autant de mises à distance réelles et symboliques. Dans ce contexte, les objets-frontières stricto sensu ressortissent-ils à une pratique résiduelle, venue du passé mais en voie d’extinction progressive ? Faut-il leur préférer la notion d’espace-frontière, assemblage hétérogène d’objets maintenus chacun dans son intégrité, pour caractériser les procédures de réappropriation d’objets étrangers en Occident à cette époque ? Ou peut-on s’appuyer sur cette évolution profonde des pratiques artistiques pour penser autrement, plus largement, la notion d’objet-frontière, en passant de l’objet matériel à l’objet mental, et en s’interrogeant sur un phénomène nouveau : la quête et la production d’états limites culturels, chez certains artistes, au tournant du XIXe et du XXe siècle ?

Séminaire Exogenèses du jeudi 20 février 2014. EHESS, salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris.

 

Suggestions bibliographiques :

Intérieurs romantiques. Aquarelles 1820-1890, dir. Gail S. Davidson, Daniel Marchesseau, Paris, Parismusées, 2012.

Ernst H. Gombrich, La Préférence pour le primitif. Episodes d’une histoire du goût et de l’art en Occident, trad. Dominique Lablanche, Paris, Phaidon, 2004 [éd. orig. 2002].

Céleste Olalquiaga, Royaume de l’artifice. L’émergence du kitsch au XIXe siècle, trad. Gilbert Cohen-Solal et Michèle Veubret, Lyon, Fage éditions, 2008 [éd. orig. 1998].

Dominique Pety, Poétique de la collection au XIXe siècle. Du document de l’historien au bibelot de l’esthète, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2010.

 

Séminaire Exogenèses du 6 février 2014 : « Le Vase arabe du roi de Suède, suivi de : Comment le peintre Mariano Fortuny découvrit les vases de l’Alhambra »

Par Rémi Labrusse

Séminaire Exogenèses du jeudi 6 février 2014. EHESS, salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris.

Vase dit du Salar, Espagne nasride, XIVe siècle, céramique à lustre métallique, piètement par Mariano Fortuny y Marsal, bronze, vers 1870-1874, Saint-Pétersbourg, musée de l'Ermitage.

Vase dit du Salar, Espagne nasride, XIVe siècle, céramique à lustre métallique, piètement par Mariano Fortuny y Marsal, bronze, vers 1870-1874, Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage.

« Le Vase arabe du roi de Suède, suivi de : Comment le peintre Mariano Fortuny découvrit les vases de l’Alhambra. Migrations et transformations de deux vases nasrides à reflets métalliques à travers l’Europe (XIVe-XIXe siècle) »

Les vases à reflets métalliques dits de l’Alhambra, objets monumentaux et prestigieux produits autour de Grenade, sous la dynastie nasride, au XIVe siècle, ont été redécouverts à la fin du XIXe siècle, en particulier grâce au peintre et collectionneur Mariano Fortuny y Marsal (1838-1874). Mais ils n’avaient jamais été complètement oubliés, même si le souvenir de leur origine exacte tendait à s’effacer. Le destin de deux de ces chefs-d’œuvre (dont il ne reste aujourd’hui qu’une petite dizaine dans le monde) sera analysé afin de comparer les procédures de réappropriation artistique au XVIIIe et au XIXe siècle. Le premier est passé par Chypre (Famagouste), où il était vénéré comme un des vases du festin des noces de Cana, puis a été transporté par les Ottomans à Istanbul (1571). Là, l’ambassadeur des Habsbourg l’a acheté avant 1598 pour les collections de Rodolphe II à Prague. Après le sac de la ville par les Suédois en 1648, il a été transporté à Stockholm comme butin. C’est en Suède qu’il a reçu au XVIIIe siècle une spectaculaire monture en bronze ; il était alors considéré comme une œuvre de l’Egypte antique. En 1872, il a finalement été donné par le roi de Suède au National Museum de Stockholm. Le second vase a été repéré et acheté par Mariano Fortuny dans l’église du village du Salar, près de Grenade, en 1871. Un peu plus tard, à Rome, l’artiste a dessiné et fabriqué pour lui une monture médiévalisante en bronze. En 1875, lorsque sa collection a été dispersée en vente publique à Paris, le vase et sa monture ont été acquis par le célèbre collectionneur russe Alexandre Basilewsky, puis par le tsar Alexandre III en 1884, avant de rejoindre les collections du musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg. Grenade, Famagouste, Istanbul, Prague, Stockholm, Rome, Paris, Saint-Pétersbourg : autant de lieux où ces grands objets ont donné lieu à des usages profondément hétérogènes, au cours des siècles.

 

Suggestions bibliographiques :

Atelier de Fortuny. Œuvre posthume, objets d’art et de curiosité, armes, faïences hispano-moresques, étoffes et broderies, bronzes orientaux, coffrets d’ivoire, etc., notices par MM. Edouard de Beaumont (armes), baron Davillier (faïences), A. Dupont-Auberville (étoffes), Paris, J. Claye, 1875.

Fortuny (1838-1874), dir. Mercè Doñate, Cristina Mendoza, Francesc M. Quilez i Corella, Barcelone, Museu Nacional d’Art de Catalunya, 2004.

Los Jarrones de la Alhambra. Simbologia y poder, dir. Mar Villafranca Jimenez et Jesus Bermudez Lopez, Grenade, Junta de Andalucia, 2006.

Baron Davillier, Fortuny, sa vie, son œuvre, sa correspondance, Paris, Auguste Aubry, 1875.

Alfred Darcel, « La Collection Basilewsky », Gazette des beaux-arts, Paris, 1er janvier 1885, p. 39-54.

Séminaire Exogenèses du 30 janvier 2014 : “Le tapis persan de William Morris. Textiles islamiques et esthétique Arts & Crafts“

Par Rémi Labrusse

 

Séminaire Exogenèses du jeudi 30 janvier 2014. EHESS, salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris.

 Tapis « vase », Iran (Kerman), XVIIe siècle, coton, laine et soie, 523 x 350 cm, Londres, V & A (acq. 1897, anc. coll. William Morris).

Tapis « vase », Iran (Kerman), XVIIe siècle, coton, laine et soie, 523 x 350 cm, Londres, V & A (acq. 1897, anc. coll. William Morris).

Fondateur de l’esthétique des Arts & Crafts dans l’Angleterre victorienne de la fin du XIXe siècle, William Morris (1834-1896) a collectionné les tapis islamiques dès la fin des années 1850. Il a également joué un rôle de premier plan pour aider à constituer la très prestigieuse collection de tapis du South Kensington Museum (futur Victoria & Albert Museum) à Londres. Parallèlement, il a placé la question du textile et, plus particulièrement, du tapis et de la tapisserie au centre de ses réflexions, sur un plan à la fois technique, esthétique et politique. Dans ce contexte, la séance sera consacrée à l’analyse d’un objet singulier de sa collection : un tapis « vase » safavide (Iran, Kirman, XVIIe siècle), que Morris a bizarrement installé en forme de dais dans le salon de sa maison élisabéthaine de Kelmscott House dans les années 1880 et qu’il a légué en 1896 au South Kensington Museum.

 

Suggestions bibliographiques :

William Morris, dir. Linda Parry, Londres, Philip Wilson et Victoria & Albert Museum, 1996.

Art and Design for All. The Victoria and Albert Museum, dir. Julius Bryant, Londres, V & A Publishing, 2011.

Caroline Arscott, « William Morris : Decoration and Materialism », dans Marxism and the History of Art. From William Morris to the New Left, dir. Andrew Hemingway, Londres, Pluto Press, 2006, p. 9-27.

Rosalind P. Blakesley, The Arts and Crafts Movement, Londres et New York, Phaidon, 2006.

William Morris, Contre l’art d’élite, préf. Jean Gattegno, trad. Jean-Pierre Richard, Paris, Hermann, 1985.